Home Politique Côte d’Ivoire : Divergences sur l’attribution du poste du Président de la...

Côte d’Ivoire : Divergences sur l’attribution du poste du Président de la CEI entre l’opposition, le pouvoir, les Organisations de la Société civile et les ONG


– Mercredi 26 Juin 2019 – La signature des procès verbaux (PV) des rencontres du dialogue politique sur la réforme de la Commission électorale indépendante ( CEI ) a eu lieu aujourd’hui à la Primature en présence du Premier ministre de plusieurs membres du Gouvernement et des partis politiques de l’opposition sans oublier les organisations de la société civile. 

Il faut noter que le PDCI-RDA et EDS étaient absents à cette signature après l’annonce de leur retrait du dialogue politique la semaine dernière.
Amadou Gon Coulibaly a à l’occasion annoncé que cette cérémonie est une étape importante dans le cadre du processus de dialogue entamé depuis quelque mois.
Il a souligné que le processus de dialogue a permis d’avoir autour d’une douzaine ou un peu plus de rencontres entre le gouvernement, les partis politiques et la société civile.
«Nous avons eu le mérite de discuter, le mérite d’échanger, de faire valoir nos points de vue, d’exprimer ce que nous pensons juste sur ces questions, sachant que tout ce que nous voulons c’est que les élections de 2020 soient des élections apaisées, des élections transparentes. Nous avons réussi cela en 2015, il n y a pas de raison que nous ne puissions pas le réussir à nouveau en 2020, » a ajouté le chef du Gouvernement ivoirien.
Amadou Gon a annoncé que les participants au dialogue politique feront en sorte que le spectre de crise ne puisse plus rimer avec élection, mais que les ivoiriens choisissent en fonction de type d’élection ceux qui veulent les représenter à tel ou tel échelon des institutions, de la nation.
«Donc nous avons travaillé. Jusqu’à ce nous sommes arrivés aujourd’hui à un compte rendu, à un document qui consigne aujourd’hui nos points d’accords et de points de divergences ou de désaccords. Mais ça se mérite. On a échangé. je voudrais remercier tous ceux qui ont estimé qu’il était important que ces échanges aient lieu. Et qui ont pu prendre part à ces échanges, » a mentionné Gon. 
Ayant été mandaté pour mener ces discussions, il a assuré qu’il rendra compte au Chef de l’Etat et le gouvernement à partir du document signé par tous.
«Le gouvernement avisera, vous pouvez faire confiance au gouvernement pour trouver une synthèse qui soit la plus représentative de toutes les contradictions et de tous les accords. Ce n’est pas aisé mais il nous faudra s’y employer, » a conclu le chef du Gouvernement. 
Quelques extraits du rapport final lu par le ministre de l’Intérieur et de la sécurité, Sidiki Diakité

«Au titre des points d’accords :
Au niveau des groupements politiques et des organisations de la société civile.
Le retrait du représentant de l’Assemblée nationale, le retrait du représentant du ministère de l’Economie et des finances, le retrait des représentants des confessions religieuses, le maintien d’un représentant du barreau.
Au titre des partis politiques : au niveau des partis politiques, la voix délibérative à tous les membres de la CEI.
Au titre des points de désaccords: divergence sur la représentation du Président de la république et du ministère en charge de l’intérieur. L’AFD et la LMP donnent leur accord à la représentation du Président de la république et du ministère en charge de l’intérieur sous la condition que ces représentants ne soient pas éligibles au poste de la CEI.
L’APDH, le GEPAD et les ONG non membres de la plateforme proposent le retrait de deux entités. Le RHDP, le GPP, le renouveau démocratique, l’AIDE, l’UMP, les partis non membres de plateformes et la POECI proposent le maintien des représentants des deux institutions sans conditions.
Divergence sur l’entité en charge de la désignation de représentant des magistrats, le RHDP, le GPP, l’AIDE-UMP, le renouveau démocratique, les partis non membres de plateformes et la POECI et les ONG non membres de plateforme, proposent que cette désignation soit faite par le conseil supérieur de la magistrature.
Le FPI/AFD, la LMP, le GEPAD et l’APDH proposent qu’elle soit faite par les syndicats des magistrats.
Divergence sur l’attribution du poste du Président de la CEI. Le FPI/AFD, la LMP, le GEPP proposent que ce poste revienne à l’opposition.
le RHDP, l’AIDE-UMP, le renouveau démocratique les partis non membres de plateformes proposent que ce poste soient ouverts à tous les membres de la CEI.
L’APDH, le GEPAD et la POECI et les ONG non membres de la plateforme le réservent à la société civile.
Divergence dans l’interprétation de la notion d’équilibre évoquée par la cour africaine.
Pour le FPI/AFD et la LMP, il s’agit d’un équilibre tripartite, le nombre cumulé des représentants du président de la république et du ministère en charge de l’intérieur et des partis au pouvoir doivent être également au nombre des partis politiques de l’opposition, qui lui-même doit être également au nombre des représentants de la société civile.
Pour le RHDP, le GPP et les partis non membres de groupement, l’équilibre s’étend à l’ensemble des membres de la CEI, y compris la société civile.
Pour le renouveau démocratique, l’équilibre concerne exclusivement l’équilibre numérique entre le nombre cumulé des représentants du président de la république et du ministère en charge de l’intérieur et des partis au pouvoir et le nombre des représentants des partis de l’opposition.
Divergence dans l’octroi de voix délibérative ou consultative, l’APDH, le GEPAD et les ONG non membres de plateformes proposent que les représentants des partis et groupement politique n’aient que voix consultative.
L’ensemble des groupements politiques et la POECI, proposent que tous les membres de la CEI aient voix délibérative.
Autres propositions : au cours des travaux, diverses propositions ont été également faites. Les membres des comités restreints dans leur ensemble proposent la prise en compte de la dimension genre pour la désignation des représentants.
L’AID-UMP propose, l’attribution de poste de président de la commission centrale de la CEI à une femme.
Le RHDP suggère que les confessions religieuses soient informées préalablement à la constitution de la CEI, de la proposition de leur retrait
Pour l’APDH et le GEPAD, la composition de la CEI doit se faire à l’aune des notions d’indépendance, d’impartialité, et d’égalité.
POECI, GEPAD et APDH proposent que pour la composition de la CEI, le terme représentant soit remplacé par désigné par. »
Wassimagnon

Côte d'Ivoire : Divergences sur l'attribution du poste du Président de la CEI entre l'opposition, le pouvoir, les Organisations de la Société civile et les ONG

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook