Home Politique Côte d’Ivoire : Crise au sein de l’APF, Soro ne lâche pas...

Côte d’Ivoire : Crise au sein de l’APF, Soro ne lâche pas Amadou Soumahoro «dans la précipitation, il s’y prend mal et accumule les fautes »

Guillaume Soro (Ph )

–Jeudi 13 Juin 2019– Dans la crise qui secoue l’Assemblée Parlementaire francophone (AFP), Guillaume Soro ne compte laisser aucun détail lui échapper.

Dénonçant les pratiques douteuses de l’actuel président du parlement Ivoirien Amadou Soumahoro, le député de Ferkessédougou, a dans un post ce jour apporté comme annoncé hier des éléments supplémentaires sur la forfaiture en cours, au sein de l’APF.

A la veille de l’ouverture du sommet de la région Afrique de l’APF qui se tient demain vendredi 14 juin 2019 à Rabat, le président du comité politique (PCP) a tenu à mettre à la disposition du public des éléments d’information supplémentaires sur la forfaiture en cours, au sein de cette institution

Selon lui, dans un arrêté signé le 17 avril 2019 et référencé « 08/AN/PT modifiant l’arrêté numéro 001/AN/PT du 16 novembre 2017 portant constitution de la section ivoirienne de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie », le nouveau président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Amadou Soumahoro, essaie de faire table rase en imposant ses hommes.

Révélant les maladresses juridiques d’Amadou Soumahoro, le député de Ferkessédougou révèle qu’à la lecture des documents, Amadou Soumahoro a retiré certains noms et en a rajouté d’autres en s’y prenant mal dans la précipitation, il a accumulé des fautes.

« Comme vous pourrez le constater à la lecture de ces documents, il retire certains noms et en rajoute d’autres. Mais dans la précipitation, il s’y prend mal et accumule les fautes. Au-delà du caractère illégal de cet arrêté dont nous avons largement discuté, il faut noter les fautes élémentaires qui y sont contenues et qui discréditent notre Assemblée nationale et mettent en doute la compétence de son personnel administratif », a-t-il déclaré.

Guillaume Soro révèle aussi que selon les députés qui lui ont donné l’information, l’arrêté pris par Amadou Soumahoro n’abroge pas l’ancien, il le modifie juste.

« Concrètement, vu que la durée du mandat des anciens membres de la section n’a pas été limitée, ils sont réputés être toujours en fonction jusqu’en 2020. En sus, l’arrêté d’Amadou Soumahoro précise qu’il s’agit juste d’une modification et pas d’une abrogation. Ce qui revient à dire que l’ancien arrêté continue de produire ses effets juridiques. Cela fait donc qu’en plus de l’ancienne liste des députés nommés par son prédécesseur, Amadou Soumahoro vient en rajouter d’autres. Ce qui apparemment n’était pas son intention. Voici comment dans la précipitation, l’on commet des erreurs qui ridiculisent la Côte d’Ivoire à l’étranger », fait-il remarquer.

Jean Chrésus

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook