Home Politique Côte d’Ivoire : comment la France a laissé fuir les pilotes du...

Côte d’Ivoire : comment la France a laissé fuir les pilotes du bombardement de Bouaké

Trois anciens ministres de Jacques Chirac ont agi délibérément pour soustraire à la justice des mercenaires biélorusses soupçonnés d’être responsables de la mort de neuf soldats français et d’un humanitaire américain, en novembre 2004, dans le bombardement d’un camp de l’armée française à Bouaké, en Côte d’Ivoire. C’est à cette conclusion qu’est parvenue la juge du tribunal de grande instance de Paris, Sabine Kheris, chargée de l’enquête depuis 2012.

Dans une ordonnance rendue le 2 février, dont des extraits ont été cités le 23 février par Le Canard enchaîné et le site Médiapart, la magistrate demande le renvoi devant la Cour de justice de la République (CJR) de Dominique de Villepin (à l’époque ministre de l’intérieur), de Michèle Alliot-Marie (défense) et de Michel Barnier (affaires étrangères), tous trois accusés d’avoir entravé l’action de la justice française. Ces hauts responsables politiques risquent jusqu’à trois ans de prison et 45 000 euros d’amende.

« Il est apparu tout au long du dossier que tout avait été orchestré afin qu’il ne soit pas possible d’arrêter, d’interroger ou de juger les auteurs biélorusses du bombardement », résume la juge dans cette ordonnance que Le Monde Afrique a pu consulter en intégralité. Elle rappelle que les pilotes avaient été dûment « repérés, filmés, identifiés, surveillés… » avant le raid meurtrier par les services de renseignement français, qui n’ignoraient rien de leurs agissements.

En novembre 2004, après plus de deux ans de crise, le régime de Laurent Gbagbo avait décidé de passer à l’offensive contre les rebelles qui contrôlaient la moitié nord du pays, recrutant des équipages biélorusses pour mener des raids sur les positions ennemies. Déployée en tant que force d’interposition et chargée par l’Organisation des Nations unies de faire respecter le cessez-le-feu, l’armée française reçut l’ordre de Paris de ne pas bouger.
Des milliers de Français évacués du pays

Mais ce 6 novembre 2004, ce sont les Français qui sont visés à Bouaké, vers 13 h 30, par l’un des deux Soukhoï SU-25 pilotés par des mercenaires biélorusses assistés de copilotes ivoiriens. Convaincu du caractère délibéré de ce bombardement Paris riposte aussitôt en détruisant l’ensemble de la flotte militaire de l’armée de Laurent Gbagbo. Fous de rage, les partisans du président ivoirien s’attaquent en représailles aux ressortissants français à Abidjan, pendant que militaires français et ivoiriens s’affrontent les armes à la main. Au total, plusieurs milliers de Français sont évacués en catastrophe du pays.

Riposte miliaire immédiate, mais inertie judiciaire totale. Curieusement, alors que le président Chirac rendit un hommage solennel aux soldats français tués dans la cour d’honneur des Invalides, en présence des plus hauts responsables de l’Etat, les autorités firent tout ce qui était en leur pouvoir pour ne pas avoir à traduire en justice les principaux suspects dans cette affaire. Pourquoi ?

Africatime CI

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here