Home Politique Côte d’Ivoire : CEI, plusieurs partis d’oppositions veulent «contraindre les ennemis de...

Côte d’Ivoire : CEI, plusieurs partis d’oppositions veulent «contraindre les ennemis de la démocratie à accepter des élections libres, transparentes et apaisées»

Des partis de l’opposition réunis à Abidjan (Ph KOACI)

Côte d'Ivoire : CEI, plusieurs partis d'oppositions veulent «contraindre les ennemis de la démocratie à accepter des élections libres, transparentes et apaisées»

– Mercredi 17 Avril 2019 – La question de la réforme en profondeur de la commission électorale indépendante (CEI) continue d’être au centre des débats.

Vingt-quatre (24) partis politiques d’opposition se sont réunis autour de la question de la réforme de la CEI à Abidjan, comme constaté par KOACI.

Hier, ces partis politiques ces partis politiques ont eu une séance de travail sur la question de la réforme de la CEI.

Lire aussi:   Côte-d’Ivoire: Lida Kouassi sous le feu des critiques après son discours «ethnique» devant KKB (vidéo)

Parmi ce partis politiques ; le mouvement pour la promotion des valeurs nouvelles en Côte d’Ivoire (MVCI) de Félicien Sekongo a dans une déclaration transmise à estime que « pendant que le RHDP multiple les subterfuges pour maintenir une Commission Électorale partisane, en vue d’orchestrer le braquage électoral annoncé pour 2020, le MVCI et ses partenaires de l’opposition politique s’activent sur tous les fronts ».

« En plus des propositions pertinentes soumises déjà au gouvernement, à l’opinion nationale et internationale, d’autres actions suivront dans les jours à venir, pour contraindre les ennemis de la démocratie à accepter des élections libres, transparentes et apaisées », fait remarquer Félicien Sékongo.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Schéma directeur de l'assainissement et du drainage d'Abidjan, 738 milliards de FCFA attendus

Pour lui, les périodes électorales ne doivent plus constituer des moments de tension, d’angoisse et de terreur pour les Ivoiriens.

« Les lendemains d’élection ne doivent pas être synonymes de crises ouvertes. Plus jamais, le sang ne doit couler à cause d’un processus électoral contestable. C’est pourquoi au vue du par-cours macabre de l’actuel CEI, nous faisons de sa réforme en profondeur une exigence. Il s’agit ni plus ni moins que d’un impératif démocratique », conclut-il.

Lire aussi:   Le Président Ouattara a regagné Abidjan après le sommet de l’UEMOA

Jean Chrésus

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook