HomePolitiqueCôte d’Ivoire : ce que risque le duo zouglou selon un analyste...

Côte d’Ivoire : ce que risque le duo zouglou selon un analyste politique

Côte d'Ivoire : ce que risque le duo zouglou selon un analyste politique
Côte d'Ivoire : ce que risque le duo zouglou selon un analyste politique

Une analyse de Youl Osagyefo Meite concernant la convocation des sieurs Yodé et Siro suscite de nombreux commentaires sur la page Aminata TV depuis hier mercredi.

A en croire l’analyste,  s’il est vrai que la liberté d’expression est garantie par notre constitution (ivoirienne), elle a, en revanche des limites. Celles de ne pas accuser les gens à tort de surcroît livrer un procureur, à la vindicte du peuple; il en est de même le fait de ne pas proférer des accusations sans preuves tendant à jeter le discrédit sur les institutions judiciaires. C’est bien tout ce qui semble être reproché à nos deux artistes. « Cessons de tomber dans nos émotions. Ce sont des faits infractionnels. Et nul n’est au-dessus des lois. » Pense-t-il.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Processus de la réconciliation nationale, Assoa Adou veut rencontrer le RDR

En outre, Yode & Siro furent-ils des artistes, ils demeurent des citoyens comme les autres et sont amenés à répondre de leurs agissements devant la justice. « Ceci dit, à titre personnel, je ne souhaite pas que cette procédure débouche sur un procès et éventuellement sur des condamnations. Je pense qu’un simple rappel à la loi pourrait suffire pour les emmener à ne plus confondre la liberté d’expression et à des infractions pénales telles que l’outrage et autres incitations à la haine entre ivoiriens. » 

Lire aussi:   Conseil des Ministres du mercredi 13 avril 2017

L’analyste précise que les déclarations concernant le procureur Adou Richard, elles relèvent de leur ignorance totale de l’organisation judiciaire en Côte d’Ivoire. Selon laquelle, en dehors d’Adou Richard, procureur de la République près le tribunal de première instance d’ Abidjan-Plateau, il existe plusieurs autres procureurs dont un auprès de chaque tribunal de 1ère instance dont ceux de Bouake, de Daloa, de Man, Abengourou, Korhogo etc. » D’où, essayer de lui faire porter le chapeau sur les récents affrontements entre baoulés et dioula ne serait injuste.

Lire aussi:   Législatives ivoiriennes : deux candidats se rallient à Duncan Kablan ’’ invisible’’ à Grand-Bassam

source: opera