Home Politique Côte d’Ivoire : Ce que l’on reprocherait à Nestor Dahi et ses...

Côte d’Ivoire : Ce que l’on reprocherait à Nestor Dahi et ses camarades, le FPI exige leur libération immédiate et sans condition

Le quatre interpelés

-Mardi 11 Juin 2019 -Dahi Nestor et trois (3) membres de la direction de la JFPI que sont : Wodja Suzanne épouse Essané, Dassé Claude Désiré et Badé Benjamin ont été interpellés lundi soir par la police à Yopougon alors qu’ils tenaient une réunion.

Selon nos informations, ils préparaient la réunion des membres du Bureau National et l’Assemblée Générale de la Jeunesse du Front Populaire Ivoirien prévue pour le samedi 15 juin 2019.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Bictogo à Guikahué, « En politique, il y'a des vertus, contrairement à ce qu'on pense » ; « Il n'y aucun problème entre Mabri et moi »

Le Front Populaire Ivoirien (FPI) dans une déclaration transmise ce mardi à , révèle les raisons de leur interpellation.

Selon Assoa Adou, il revient des éléments de la Police, qu’il est reproché à ces derniers de se réunir constamment ces jours-ci.

« Sur instruction de leur hiérarchie, les policiers souhaiteraient savoir au juste de quoi les camarades parlent et quels sont leurs projets », a-t-il révélé.

Le parti de Gbagbo se dit indigné et condamne ce énième « enlèvement et séquestration » d’honnêtes citoyens et des opposants politiques.

Lire aussi:   Hommage de la Cour pénale internationale à Kofi Annan “un fervent défenseur de la CPI”

« Exige la libération immédiate et sans condition des camarades de la JFPI et de tous les prisonniers politiques (civils et militaires) encore détenus malgré le vote de la loi d’amnistie ; Invite instamment le pouvoir à abandonner ces vieilles méthodes répressives qui n’effraient plus personne et qui ne pourront en aucun cas distraire les démocrates et le peuple de Côte d’Ivoire de leur marche pour la quête de liberté, de démocratie, de réconciliation nationale et de réforme de la CEI ;Tient le pouvoir Ouattara responsable de tout dérapage qui pourrait survenir dans ce pays », avant de prévenir. « Déclare qu’il n’entend plus se laisser martyriser indéfiniment », a conclu le bras droit de Gbagbo.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Dans le Bafing, Mamadou Sanogo rassure qu'il n'y a aucune division au sein du RHDP

Donatien Kautcha, Abidjan

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook