HomePolitiqueCôte d’Ivoire: ce que le ministre burkinabé de la Réconciliation vient faire...

Côte d’Ivoire: ce que le ministre burkinabé de la Réconciliation vient faire chez Blaise Compaoré

Côte d'Ivoire: ce que le ministre burkinabé de la Réconciliation vient faire chez Blaise Compaoré
Côte d'Ivoire: ce que le ministre burkinabé de la Réconciliation vient faire chez Blaise Compaoré

Un pas vers la réconciliation ? Le ministre burkinabè de la Réconciliation nationale, Zéphirin Diabré, est à Abidjan en Côte d’Ivoire. Il doit y rencontrer l’ancien président Blaise Compaoré, en exil depuis son renversement du pouvoir en 2014.

Cette rencontre est une première entre un ministre du gouvernement de Roch Marc Kaboré et son prédécesseur Blaise Compaoré. Et même si on ne connaît pas précisément la teneur des discussions qui doivent avoir lieu, le dossier de la mort de Thomas Sankara devrait être au cœur de cette rencontre.

Lire aussi:   Interpellation d’opposants ivoiriens : la défense dénonce une ’’violation des droits’’ de ses clients

En effet, depuis le 13 avril dernier, l’enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara, il y a 34 ans, est enfin terminée. L’instruction a renvoyé le dossier devant le tribunal militaire de Ouagadougou. On n’attend plus qu’une date pour l’ouverture du procès.

En tout 14 personnes, dont Blaise Compaoré, sont poursuivies pour « complicité d’assassinat » et « atteinte à la sûreté de l’État ». Mais Blaise Compaoré, qui a obtenu la nationalité ivoirienne, ne peut pas être extradé de Côte d’Ivoire.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire - 31 ans de la FESCI: affrontements entre membres de la fédération

Joint par RFI, l’avocat de la famille Sankara, Prosper Farama, attend du ministre de la Réconciliation nationale Zéphirin Diabré qu’il puisse convaincre l’ancien président de se rendre de lui-même au Burkina Faso pour comparaître lors du procès. Il espère surtout que la rencontre d’aujourd’hui ne sera pas l’occasion « d’un marchandage au nom de la réconciliation sur le dos de la justice ». Pour lui, toute réconciliation passe par un processus de vérité et de justice.

Lire aussi:   Constitution ivoirienne : le RDR dénonce des «prises de position incongrues» de l’opposition