Home Politique Côte d’Ivoire : Après le verdict de la CPI, le Collectif des...

Côte d’Ivoire : Après le verdict de la CPI, le Collectif des victimes :«Laurent Gbagbo et Blé Goudé doivent vivre en marge de la société »

Vue de la manifestation lundi à Abobo (ph KOACI)
– Lundi 04 Février 2019 – Des dizaines de femmes membres du Collectif des victimes de Côte d’Ivoire ( CVCI ), ont marché aujourd’hui dans la commune d’Abobo pour disent-elles dénoncer la libération conditionnelle de l’ancien Président ivoirien, Laurent Gbagbo et de son ministre de la jeunesse, Charles Blé Goudé.

Cette marche a débuté au rond point de la mairie pour prendre fin au rond de Banco où le 3 mars 2011 des femmes auraient trouvé la mort lors d’une marche pacifique, comme constaté sur place par .

Côte d'Ivoire : Après le verdict de la CPI, le Collectif des victimes :«Laurent Gbagbo et Blé Goudé doivent vivre en marge de la société »

Les marcheuses avec à leur tête, le Président du Collectif des victimes de Côte d’Ivoire ( CVCI ), Issiaka Diaby ont également interpellé la Cour pénale internationale ( CPI ) et inviter les victimes au calme et à la mobilisation pour les actions futures.
Recevez les notifications des infos de en temps réel avec notre application mobile Android, (https://play.google.com/store/apps/details?id=com.koaci&hl=fr ) ou Apple ( https://itunes.apple.com/fr/app/koaci.com/id823922308?mt=8 ).

«Ce matin nous retrouvons encore après les manifestations précédentes, ici au rond-point d’Anador à Abobo, un lieu chargé de souvenir douloureux, pour crier notre colère et notre indignation face à la libération de Laurent Gbagbo et Blé Goudé, la CPI, » nous déclare le Président de la CVCI.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Fausse nouvelle d'incendie de voitures devant l'ambassade à Paris

C’est depuis le vendredi 1er février 2019 que la Chambre d’Appel de la CPI a libéré Laurent Gbagbo et son bras droit Blé Goudé sous conditions après leur acquittement prononcé, le 16 décembre 2018.

M.Diaby estime que ces deux décisions de la CPI sont une insulte à la mémoire des 3000 morts de la crise post-électorale «née de la volonté de la volonté de Laurent Gbagbo et confisquer le pouvoir par tous les moyens y compris les commissions de crimes, après sa défaite dans les urnes lors de l’élection présidentielle de 2010 »

« Et c’est aussi un mépris pour la douleur des familles des personnes assassinées, dans de nombreux cas dans la fleur de l’âge et de tous ceux qui portent aujourd’hui les séquelles de la barbarie des soldats et mercenaires à la solde de Laurent Gbagbo » a ajouté le Président.

Selon lui, les victimes ont le sentiment avec ces deux décisions à savoir l’acquittement et la libération sous conditions que la CPI agit en faveur uniquement que des deux accusés au détriment de leurs droits fondamentaux.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Diabo, en face des chefs et cantons aux côtés du DG du trésor, Abonouan lance, «nous n'avons plus peur de dire que nous sommes RHDP...»

«Nous pensons que la place de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé doit être en prison, »a insisté M. Diaby.

Le Président soutient par ailleurs que la CPI a été incapable de donner un bon verdict car les deux accusés ont été reconnus coupables des crimes qui leur sont reprochés.

«Les victimes et leurs familles refusent que leur droit à la vérité, à la justice et à la réparation soient sacrifiés par une institution de juridiction internationale, incapable d’agir conformément à ses fondamentaux. Aujourd’hui, les victimes et familles de victimes de la crise post-électorale assoiffées de justice sont si désespérées de la CPI qu’elles se demandent si cette institution à encore sa raison d’être si elle est incapable devant des crimes aussi avérés et connus de tous de punir les auteurs,» a mentionné, le Président.

Malgré l’échec de la Procureur Bensouda, il invite les victimes à des actions pacifiques et d’envergure pour recadrer la CPI en vue de permettre la protection et la défense de leurs droits essentiels et favoriser l’émergence d’un environnement de justice et de paix en Côte d’Ivoire.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Travaux de maintenance sur l'usine Cocody Abatta, communiqué de la Sodeci

« Chers victimes et parents de victimes, restons débout et mobilisés pour les actions futures. Nous ne baisserons jamais les bras tant que les auteurs des crimes commis n’auront pas été punis. Ces criminels dont Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ne doivent pas être traités comme des princes. Au contraire, ils doivent vivre en marge de la société des humains, à laquelle ils ont trop de torts irréparables, » a conclu le Président du CVCI.

Par ailleurs, cette marche des quelques victimes de la crise post-électorale qui a eu lieu ce jour a causé de nombreux désagréments aux automobilistes.

En occupant la chaussée, les marcheuses ont empêché les véhicules de circuler dans les deux sens ainsi que la population de vaquer librement à ses occupations.

Wassimagnon

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

1 COMMENT

  1. Moi,je ne comprends pas une chose!!!!! De quelles victimes est-il question ??? Nous connaissons des rebelles qui ont tué,pillé,brûlé nos villages et nous vivons avec eux….Leur avons-nous demandé de vivre en marge de la société ??? Il y en a qui occupent de hautes fonctions dans le pays …. Nous sommes des victimes aussi de l’autre camp et pourtant,nous ne disons rien….Alors ??????

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here