HomePolitiqueCôte d’Ivoire-Alassane Ouattara fait la cour à Affoussiata Bamba-Lamine : L’impossible retour...

Côte d’Ivoire-Alassane Ouattara fait la cour à Affoussiata Bamba-Lamine : L’impossible retour de l’Avocate au Rhdp

Côte d’Ivoire-Alassane Ouattara fait la cour à Affoussiata Bamba-Lamine : L’impossible retour de l’Avocate au Rhdp
Côte d’Ivoire-Alassane Ouattara fait la cour à Affoussiata Bamba-Lamine : L’impossible retour de l’Avocate au Rhdp

Des informations des plus persistantes font état des manœuvres de séduction d’Alassane Dramane Ouattara (Ado) auprès de l’avocate principale du président de GPS pour son retour au sein du Rhdp. Selon des cyber activistes du parti unifié, Ado piaffe d’avoir à ses côtés, Affoussiata Bamba Lamine. 

Alassane Dramane Ouattara se serait-il rendu compte de son incapacité à polir son image au point de manœuvrer pour tenter de dépouiller Guillaume Soro de ses proches collaborateurs ? En effet, après avoir mené la traque infructueuse contre Soro Guillaume et ses partisans, Alassane Ouattara a vu le Rhdp se vider pour le moins que l’on puisse dire, de sa crème.

La communication qui se fait autour de lui est pleine de vacuité et étale les carences de ses nouveaux ‘‘héros’’ des temps de paix. L’homme se sent désormais obligé de tenter un rapprochement avec les partisans du président de Générations et Peuples solidaires (GPS).

Des informations qui émanent de la résidence présidentielle, Alassane Dramane Ouattara (Ado) souhaite vivement avoir son ancienne ministre de la communication, l’Avocate Affoussiata Bamba-Lamine dans son écurie.

Selon ces mêmes sources, Alassane Ouattara se serait confié à des proches indiquant, qu’il n’avait rien contre cette brillante et brave Avocate qui, faut-il le rappeler a fait mordre la poussière aux détracteurs de son client (Guillaume Soro) devant les juridictions internationales. « C’est seulement qu’elle est manipulée par Guillaume Soro », aurait dit Alassane Ouattara, concernant Affoussiata Bamba-Lamine. Curieux tout de même, il n’est pas si loin le temps, en 2017, où le même Alassane Ouattara disait à Guillaume Soro qu’il fallait qu’il se méfie d’Affoussiata Bamba-Lamine, qui était très dangereuse pour son image. 

Qu’est-ce qui a changé ?

Comment cela est-il possible quand on sait que depuis des années, Alassane Dramane Ouattara a rompu toute confiance avec tous ceux qui l’ont soutenu ?

Lire aussi:   « Fonds spéciaux ou de souveraineté » en Côte-d’Ivoire: Vers une jurisprudence Soro ?

En effet, le chef de l’État a toujours manqué de confiance aux proches du président de l’Assemblée nationale. Et tenez-vous bien on a présenté à tort la ministre Affoussiata Bamba-Lamine comme une personne appréciée du président de la République, qu’il se plaisait d’ailleurs à appeler sa « nièce », tout ceci n’est pas vrai et ne correspond pas à la réalité.

Comment Alassane Ouattara peut-il croire que ce gros mensonge pourrait passer, quand tout le monde sait que c’est lui qui a ordonné l’arrestation et la tentative d’assassinat du Professeur Bamba Moriféré, le père de la ministre un 06 juillet 2019 ? Qui peut oublier qu’Alassane Ouattara pendant tout le temps où la ministre a été au gouvernement, il n’a eu de cesse de vouloir la rabaisser. Rappelons-nous quelques épisodes chauds de son passage au ministère de la communication de 2013 jusqu’à son départ en 2017.

En 2013, dans le dossier de la télévision numérique terrestre (TNT) qui était une affaire de gros sous, Alassane Ouattara l’a confié à une personne qui était de son sérail, c’est-à-dire à son gendre Koné Bruno Nabagné. Le porte-parolat du gouvernement qui revenait de droit au ministère de la communication ne lui pas été confié.

C’est encore Bruno Koné, ministre des NTICS qui en était chargé. Pour mieux comprendre ce disfonctionnement, il faut faire un parallèle avec la situation actuelle, le ministre de la Communication aujourd’hui est le porte-parole du gouvernement, la TNT est revenu également au ministère de la communication.

Pourquoi ce qui n’a pas été fait pendant qu’elle y était, l’ait aujourd’hui avec un autre locataire au sein de ce ministère ? C’était elle qu’Alassane ne voulait pas voir. C’est ça la réalité, tout le milieu politico-médiatique le sait et la Ministre ABL, elle-même le sait mieux que quiconque.

Lire aussi:   RHDP: Ils vantent les qualités d'Hamed Bakayoko mais font le contraire

Il faut souligner que la plupart des propositions de la ministre étaient combattues par la Présidence de la République chaque fois que l’occasion se présentait.

Dès sa nomination, la présidence de la République empiétait sur ses prérogatives ministérielles, appelant directement les Directeurs généraux des structures sous tutelle pour exécuter des missions sans en informer la ministre (situation inconfortable de subordination).

– Pour des raisons propres à l’équipe de communication du président de la République, et de gros sous, la présidence de la République voulait piloter directement la réhabilitation des centres émetteurs de la RTI sans impliquer le ministère, manque de pot pour eux, ils ont été devancés par la ministre Affoussiata Bamba-Lamine, du fait de l’efficacité du travail et du niveau d’avancement de ce dossier dès son arrivée, ce dernier lui ayant été indiqué comme prioritaire, car les centres émetteurs constituant le réseau de transmission radio et télé sur le territoire national, étaient cassés durant la crise. La ministre a donc devancé l’équipe de la présidence sur ce dossier. 

Ensuite, les nominations de la ministre en représentation dans les structures y compris dans son propre cabinet étaient systématiquement remises en cause par la présidence de la République.

Cela a donné lieu à des scènes ubuesques, où le communiqué du conseil des ministres a annoncé publiquement à la télévision la nomination du représentant du ministère à la Haute autorité de la communication de l’audiovisuelle (Haca), en la personne de la directrice du service juridique, ce qui était cohérent.

Mais, deux semaines plus tard, un autre communiqué du Conseil est venu annoncer à ce poste une autre personne, à savoir le représentant de la présidence de la République. Celle-ci étant celle qu’on devait initialement remplacée, et cette fois la nomination n’a pas été rendue publique;

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: le parti d'Alassane Ouattara divisé sur sa stratégie pour 2020

– Le refus par la présidence de la République de faire droit à la demande de la ministre pour le soutien financier apporté aux journalistes dans le cadre du Fonds de Soutien pour le Développement de la Presse (FSDP) destiné à l’impression des journaux. La Ministre avait été prise publiquement à parti par le président de la République au cours de la traditionnelle cérémonie de présentation des vœux comme si elle avait fauté alors que c’est la présidence qui avait bloqué les fonds. Et là ce ne sont que quelques épisodes !

On entend encore dire que la ministre Affoussiata Bamba-Lamine doit revenir auprès d’Alassane Ouattara. Si Alassane Ouattara dit qu’il « n’a rien contre ABL », et qu’il « l’apprécie », pourquoi avoir ordonné le blocus de son domicile et y avoir installé des gendarmes depuis le 26 décembre 2019 jusqu’à ce jour 27 février 2021, date à laquelle est rédigé cet article ? Empêchant la famille d’y résider, y compris ses enfants mineurs, empêchant quiconque de s’y rendre ? Ce qu’il faut savoir, c’est que c’est un domicile privé! On n’ose pas imaginer ce que cela aurait été s’il ne l’aimait pas ?

En tout état de cause, la Ministre Affoussiata Bamba-Lamine n’est pas dupe et est très lucide sur la réalité de la situation. Elle ne fait pas partie de ces trouillards qui à la moindre turbulence retournent casaque leur veste en trouvant refuge dans les pantalons du dictateur.

source: le courrier quotidien