HomePolitiqueCôte d’Ivoire : 11 ans après, le Moronou signe enfin son retour...

Côte d’Ivoire : 11 ans après, le Moronou signe enfin son retour au gouvernement avec Harlette Badou

Côte d'Ivoire : 11 ans après, le Moronou signe enfin son retour au gouvernement avec Harlette Badou
Côte d'Ivoire : 11 ans après, le Moronou signe enfin son retour au gouvernement avec Harlette Badou

La région du Moronou a désormais l’une de ses filles dans un gouvernement sous Alassane Ouattara. Harlette Badou N’guessan Kouamé, le maire de la commune d’Arrah, a été nommée ministre de la culture dans le gouvernement Achi 1, ce mardi 6 avril 2021.

« C’est une immense joie qui n’anime en tant que cadre de la région du Moronou. Depuis l’accession du président Ouattara au pouvoir, c’est la première fois que la région est représentée au gouvernement. Nous félicitons notre soeur pour cette belle promotion », s’est réjoui dès l’annonce du nouveau gouvernement, un fils d’Arrah.

Lire aussi:   Birahima Téné Ouattara, le vrai dauphin de Ouattara en Côte d’Ivoire ? (court portrait)

Harlette Badou N’guessan Kouamé, est-il bon de le mentionner, est le maire de la commune d’Arrah et l’épouse du nouveau député RHDP d’Arrah, Mathias N’guessan Ahondjon. Elle est la seconde femme de la région du Moronou qui intègre un gouvernement, après Tehoua Ama Marie, cadre du PDCI, et originaire du département de Bongouanou.

Cette dernière a été ministre de l’industrie et de la promotion du secteur privé dans les gouvernements Charles Konan Banny 1 et 2, et dans le gouvernement Soro 1, du 28 décembre 2005 au 12 février 2010. Ainsi donc 11 après, une autre fille de la région du Moronou fait son entrée au gouvernement.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire : « La guerre des « Trois » n’aura pas lieu… » (Sylvain Takoué)

A l’annonce de la nomination de Harlette Badou N’guessan Kouamé, plusieurs fils et filles de la région du Moronou se sont rendus au domicile du couple N’guessan pour les féliciter. La région du Moronou est l’une des dernières régions visitées par Alassane Ouattara, lors de ses deux premiers mandats, de 2010 à 2020.