HomePolitiqueCôte d’Iv / Loi du plus fort et force de la loi:...

Côte d’Iv / Loi du plus fort et force de la loi: Me Claver Ndry parle à la conscience des Ivoiriens

Côte d’Iv / Loi du plus fort et force de la loi: Me Claver Ndry parle à la conscience des Ivoiriens
Côte d’Iv / Loi du plus fort et force de la loi: Me Claver Ndry parle à la conscience des Ivoiriens

Dans une tribune consacrée à ses followers, Me Claver Ndry, Avocat au Barreau d’Abidjan, inscrit sur la liste des Conseils de la Cour pénale internationale, instruit sur les notions de justice et de droit de l’homme. Ce dimanche 29 novembre, il fait une démarcation entre la loi du plus fort et la force de la loi. Dans une adresse à un personnage, Klamman. Suivons son regard se rapportant à l’actualité en Côte d’Ivoire.

« Cher Klamman,

La jungle appartient au vocabulaire du milieu animal. Dans celui-ci, il y règne une loi principale : la loi du plus fort. Une telle loi est répugnante quand elle domine chez les humains parce qu’une intelligence évoluée ne peut pas faire une place dominante à la force animale. C’est le principe qui justifie l’équilibre de la société humaine dans laquelle les faibles sont défendus par la force de la loi.

Lire aussi:   Pourquoi la présence de Nicolas Sarkozy paraît-elle encombrante pour les Ivoiriens ?

Dans une société bâtie sur un tel fondement, il y a des institutions qui sont centrales pour son maintien. Il s’agit de la justice, de la police, de la gendarmerie et de l’armée. Les faibles ont une espérance dans une telle société parce qu’ils comptent sur la justice pour sanctionner les violations de leurs droits. Ils savent qu’on ne pourra pas les spolier de leurs biens car le magistrat ne permettra pas une telle entorse à loi sociale. Du moins, en théorie.

Lire aussi:   La présidente du RDR inscrit son mandat dans la continuité avec le RHDP

Les faibles comptent aussi sur les institutions de sécurité et de défense pour les protéger lorsqu’ils sont attaqués. Telles sont les bases qui conditionnent la survie des nations. Les dirigeants doivent veiller constamment sur les statistiques qui se rapportent à ces postes institutionnels. S’ils constatent que leurs citoyens se plaignent de l’état de la justice et qu’ils dénoncent des violences gratuites, les décideurs doivent s’empresser de redresser ce qui est faussé.

Lire aussi:   Côte-d’Ivoire: 18 cadres figurant sur les deux listes Pdci et Rhdp entendus par Bédié

Il faut en effet craindre que le faible renouvelle son intelligence pour sa survie dans une société qui l’expose alors qu’elle lui avait fait la promesse de le protéger.

Quand un faible se relève, il est semblable à une bête fauve. Pour ne pas atteindre ce niveau animalier, il faut espérer qu’en tous domaines et en toutes matières, la force de la loi triomphe.

 Mon cher Klamman, dis aux Africains principalement qu’il n’est pas trop tard ».