Home Politique Conseil café-cacao Côte-d’Ivoire: Licenciements collectifs en cours à Transcao et Sifcacoop ?

Conseil café-cacao Côte-d’Ivoire: Licenciements collectifs en cours à Transcao et Sifcacoop ?

Conseil café-cacao Côte-d’Ivoire: Licenciements collectifs en cours à Transcao et Sifcacoop ?
Conseil café-cacao Côte-d’Ivoire: Licenciements collectifs en cours à Transcao et Sifcacoop ?

Conseil café-cacao Côte-d’Ivoire: Licenciements collectifs en cours à Transcao et Sifcacoop ?

Par Connectionivoirienne

Selon nos informations la quasi-totalité des employés de la compagnie Transcao ferait l’objet depuis ce 12 novembre d’un licenciement collectif.

Le Directeur régional du travail leur aurait communiqué cette information dans la matinée de ce mardi. «Apparemment, tous les employés de Sifcacoop seront eux-aussi sont licenciés avec ceux de Transcao», nous a dit un témoin sur place.

Transcao est une société d’état fondée par le CCC pour la transformation du cacao. La société occupe une ancienne usine de Safcacao et de Chocoivoire. Les entrepôts ont été depuis cette reprise complètement rénovés par le Conseil Café-Cacao.

Alors pourquoi les licenciements ? Plus d’infos suivront.

Hervé Coulibaly

Comment le cartel du cacao veut forcer la main des chargeurs

La Lettre du Continent
25 Septembre 2019

Peinant à imposer aux acheteurs le prix unique des fèves fixé par le cartel récemment formé avec le Ghana,
la Côte d’Ivoire se prépare à les contourner en transformant elle-même les fèves.
Annoncée en juillet, la surtaxe de 400 $ par tonne sur les fèves qui sortiront des champs en octobre de
l’année prochaine fait fuir les multinationales. A ce jour, le Conseil café-cacao (CCC) ivoirien n’est pas encore
parvenu à écouler plus de 100 000 tonnes de fèves au nouveau prix, opportunément baptisé « différentiel de
revenu décent » (DRD). Pire, les accords conclus à ce jour ne sont que des options d’achat et pas des
contrats définitifs, et ce malgré l’autorisation de procéder à des ventes de gré à gré qui a été donnée par la
présidence au CCI pour imposer le nouveau tarif .

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Guillaume Soro ne rentrera pas au pays avant septembre prochain?

Pour contourner les chocolatiers, le CCC a d’ores et déjà prévu de devenir transformateur de fèves. Yves
Koné, le directeur de l’institution, a créé dans ce but la société Transcao Côte d’Ivoire, filiale à 100% du CCC.
Un projet de construction de deux usines, dotées chacune d’une capacité de 50 000 tonnes, à Abidjan et à
San Pedro, est gestation. Transcao possède des sites en propre au port d’Abidjan et a d’ores et déjà
récupéré les actifs de Choco Ivoire, la filiale du groupe ivoirien Saf Cacao liquidée sur initiative d’Yves Koné.
Pour diriger Transcao, le CCC a recruté Théodore Konan Coulibaly, un ancien du géant du négoce américain
Archer Daniels Midland (ADM).

Lire aussi:   Un proche de Blé Goudé lance un think tank aux grandes ambitions en Côte-d’Ivoire

Crise dans la filière café-cacao: Sifca coop s’est éteint !

Mercredi 2 Septembre, pendant que la Journée nationale du cacao et du chocolat (Jncc) referme ses portes, le DG de Sifca coop, Silué Boloba confirme la dissolution de la compagnie, d’après Daylinews, un site en ligne.

« Je suis désormais un agent du Conseil café-cacao. C’est le conseil d’administration de Sifca coop qui peut donner les raisons de la dissolution de cette société. Moi, je ne peux pas en dire plus », a-t-il tranché.

Alors que la santé de l’entreprise était nettement en bonne progression après la crise qu’elle a subie entre 2008 et 2017, Sifca coop sera liquidée finalement dans les jours à venir par un cabinet de la place.

Lire aussi:   Les problèmes de places dans les CHU en Côte-d’Ivoire: Le cas du petit Ali Ramadan de 3 ans (récit)

Malgré les bonnes performances de production en 2018/19, les projets de transformations du cacao sur place, tant nourris par les administrateurs de l’entreprise cacaoyère, tombent dans le néant.

Les conséquences de cette dissolution sont extrêmement lourdes car cela conduira près de 121 personnes au chômage, à en croire un travailleur de Sifca coop.

« Nous sommes dans le désarroi et nous ne savons pas à quel saint nous vouer. Pourtant, le directeur général de Sifca coop a réussi à relever la société, après deux ans d’exercice. Les résultats sont positifs et des projets importants ont commencé. Mais, nous ne comprenons pas pourquoi une entreprise qui se porte bien est dissoute brutalement », s’est plaint un agent licencié.

Sifca coop assurait la collecte, le stockage, le transport, l’usinage et l’exportation du café-cacao. C’est une structure qui contribuait à l’augmentation du revenu des producteurs.

Notre voie

Source: Connexion ivoirienne

Commentaires Facebook