Home Politique Blaise Lasm à Agboville : « Laurent Gbagbo est sorti de prison, nos...

Blaise Lasm à Agboville : « Laurent Gbagbo est sorti de prison, nos attitudes doivent changer »

Blaise Lasm à Agboville :
Blaise Lasm à Agboville : "Laurent Gbagbo est sorti de prison, nos attitudes doivent changer"

Dans le cadre de la création du nouveau parti politique de Laurent Gbagbo, plusieurs tournées de sensibilisation ont vu le jour afin de créer un engouement autour cet événement historique. A Agboville Blaise Lasm sensibilise dans la région de l’Agneby Tiassa.

Le secrétaire national à l’organisation de la Jeunesse du parti de Laurent Gbagbo, le camarade Blaise Lasm était le week- end dernier dans la région de l’Agneby Tiassa à l’ occasion de la dernière Assemblée Générale de la fédération de la zone. Pour la circonstance il était accompagné de plusieurs responsables politiques proches de l’ex- président ivoirien, Blaise Lasm a exprimé sa joie parmi les siens à Agboville avant de rentrer dans le but du sujet.

Morceaux choisis.

Il a expliqué le bien- fondé de ce nouveau parti avant d’appeler tous les militants à y adhérer. « A chaque fois que je viens ici, c’est une joie immense pour moi. Sachez que le nouveau parti politique va naître bientôt et on est d’ accord avec ça. « Je précise, à cause de ce que c’est Gbagbo Laurent qui le demande. Nous lui faisons entièrement confiance. Gbagbo Laurent ne nous a jamais trompés, Gbagbo ne nous a jamais trahis. Depuis qu’il s’est engagé pour le combat pour la reconquête des libertés publiques, les pas qu’il a posé ont toujours été cohérents, ont été des pas qui ont suscité la confiance des ivoiriens et qui ont permis à ceux-ci malgré 10 ans d’absence de le maintenir comme Leader Numéro 01 en Côte d’ Ivoire. », a-t- il soutenu avant de poursuivre.

« Gbagbo Laurent et nous c’est une alliance, un pacte d’amour, un pacte de raison et rien ne peut se mettre entre nous et Laurent Gbagbo. Je dis bien, rien ne peut se mettre entre la jeunesse de Côte d’Ivoire et Laurent Gbagbo. C’ est pourquoi chers jeunes de Côte d’Ivoire, je vous demande d’être sereins, d’être confiants parce- que toute nouveauté fait peur. C’est la loi de la nature, l’être humain aborde toujours toute nouveauté avec méfiance, avec crainte. », Les lieutenants de Gbagbo ont expliqué le bien- fondé de ce nouvel instrument politique.

Lire aussi:   Côte-d’Ivoire: Le groupe parlementaire PDCI apporte son “soutien total” à Bédié pour sa «conduite éclairée» du parti

En poursuivant l’orateur infatigable Blaise Lasm a exhorté l’auditoire au changement d’habitudes.« Les habitudes doivent changer parce qu’on a fini la résistance qui a été un franc succès. De 2011, l’objectif de ceux qui ont humilié Gbagbo et le peuple de Côte d’Ivoire était de nous faire renoncer aux idées généreuses qui ont été promues par le Président Gbagbo Laurent. Ils nous ont fait la guerre parce qu’ils ne voulaient pas de l’Assurance Maladie Universelle, de la décentralisation effective, de la transparence dans la gestion de la chose publique et de la réforme des institutions. ls ont préférés nous stopper parce qu’ils ont interprétés l’augmentation des salaires des policiers, des magistrats, des enseignants, des médecins, des Agneby du corps préfectoral, des agents des régies financières comme une hérésie qu’il fallait combattre.

Ils aiment quand nous sommes pauvres et leur tendons la main et Gbagbo Laurent était trop intelligent et trop indépendant d’esprit pour qu’ils le laisse bosser pour le peuple ivoirien. Ils étaient inquiets de nos succès en 18 mois. Leurs objectifs étaient de nous faire abandonner la lutte par la terreur qu’ils ont instaurée mais ils n’ont pas pu et nous sommes là. Nous sommes débout. Sereins ! Et là où leurs rangs se sont dégarnis, nos rangs se sont renforcés. Car un  parti politique qui n’a pas d’argent, qui est privé de toutes ressources et de ses cadres dont les plus valeureux sont en prison, les plus chanceux en exil et les moins chanceux sont morts, un parti politique où tout était fermé autour de nous….et où une adversité pernicieuse avait été monté de l’intérieur pour nous affaiblir, il n’était pas évident que nous soyons si solides ».

Lire aussi:   Un pro-Soro catégorique : "avant 2010, nous étions tous envoûtés..."

« C’est pourquoi je salue tous les militants de l’ex Front Populaire Ivoirien mais le Parti doit nécessairement évoluer pour faire corps avec le nouvel environnement qui est le sien. La culotte que tu as portée quand tu avais 5 ans ne peut plus te rentrer quand tu as 14 ans. Il faut t’adapter et mieux t’armer pour les défis futurs. C’est pourquoi, au-delà de la mise en place du nouveau Parti, nous devons refonder notre matrice et passer de la résistance à la reconquête », a-t-il déclaré le Sno Blaise Lasm.

La résistance est fonction des circonstances et les circonstances ont finis par consacrer notre victoire par l’acquittement spectaculaire de notre Chef. Nous  avons gagnés. Hier, Laurent Gbagbo était en prison, c’était normal que nous réclamions sa libération parce qu’il symbolise notre combat et l’injustice que vivait  le peuple ivoirien. Gbagbo en prison, c’est le peuple ivoirien qui était en prison avec lui.  Laurent Gbagbo est sorti de prison, nos attitudes doivent changer. Les attitudes que nous avions ne doivent pas être les mêmes que quand il était détenu.  Il est sorti, le Soldat s’est mis à notre disposition, on lui a confié une mission mais comment faire pour l’accompagner dans cette mission ? On doit d’abord changer de posture. Si, hier, on était inscrit fortement dans la résistance, on doit maintenant s’inscrire dans la reconquête. La reconquête exige d’acquérir une nouvelle approche, une nouvelle mentalité et une audace renouvelée. Hier, ce que tu n’as pas bien fait, aujourd’hui actives toi de sorte à le faire mieux parce que ton indolence  ou ta tiédeur  dans le travail peut handicaper le Parti et l’empêcher d’atteindre ses objectifs. Car nous avons des militants à conquérir et nos bastions à repositionner au plan électif.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Pour Blé, Guillaume Soro est déjà en campagne et dans l'opposition, l'ancien ministre de Gbagbo soutient qu'il n'a jamais été un anti-Français

On n’a pas d’autres choix que de reprendre le pouvoir d’Etat pour offrir une espérance nouvelle à un Peuple ivoirien qui est désabusé. On a déjà un candidat qui s’appelle Koudou Laurent Gbagbo. Il nous faut maintenant une machine qui va nous accompagner pour qu’on reprenne le pouvoir et cette machine c’est le nouveau parti qui est en train d’être mis en place.

Vous ne devez pas avoir peur, c’est ce que le Président Gbagbo va nous laisser comme héritage. Il ne veut pas nous laisser un héritage compromis, un héritage atrophié, un héritage asphyxié  et un héritage disputé mais un héritage neuf, capable de remporter des victoires et en même de dépasser  les adversités. Nous devons donc l’accompagner dans cette mission noble et cela commence par notre mobilisation massive.

Il faut rappeler que cette tournée de mobilisation  est en prélude du congrès constitutif de la création du nouveau parti de Laurent Gbagbo au Palais de l’Hôtel Ivoire les 16-17 Octobre 2021.

Source: linfodrome

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here