Home Politique Bédié et Affi refusent la main tendue du gouvernement : le piège...

Bédié et Affi refusent la main tendue du gouvernement : le piège de l’Opposition se referme sur Ouattara

Bédié et Affi refusent la main tendue du gouvernement : le piège de l’Opposition se referme sur Ouattara
Bédié et Affi refusent la main tendue du gouvernement : le piège de l’Opposition se referme sur Ouattara

Bédié et Affi ont maintenu le 22 octobre 2020, leur mot d’ordre de désobéissance civile pour le retrait de la candidature de Ouattara.

« Les candidats Bédié et Affi maintiennent leur mot d’ordre de désobéissance pour le retrait de la candidature anticonstitutionnelle et illégale de Alassane Ouattara », a déclaré à la presse Kakou Guikahué, directeur principal de campagne de M. Bédié, au nom des deux personnalités politiques.

M. Guikahué a fait savoir que « MM. Bédié et Affi demandent à la Cedeao (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest) de continuer de jouer son rôle de facilitation et de médiation dans le conflit ». 

« La Cedeao devrait jouer un rôle de facilitation et non d’observateur », a-t-il poursuivi, avant d’ajouter que ces deux candidats de l’opposition « réitèrent leur demande de médiation internationale dans le conflit ivoirien ».

L’organisation régionale, dira-t-il, « se trompent dans son analyse de la situation en Côte d’Ivoire, en feignant d’ignorer les problèmes réels relatifs à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 qui ne peut se tenir à la date échue sous la forme actuelle ».

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : décès d'un poids lourd du parti de Bedié

 Il a fait observer que « le cadre de discussion était en cours de facilitation quand le ministre ivoirien de l’Administration du territoire et de la décentralisation invita les partis politiques de l’opposition à une rencontre présidée par le Premier ministre ».

A ce « dialogue politique » auquel les membres de la délégation des candidats Bédié et Affi ont refusé de participer, M. Guikahué a rapporté qu’ils étaient « surpris » que des membres de la Cedeao aient participé. 

« Ces candidats de l’opposition s’étonnement que le général Francis Behanzin, commissaire chargé des Affaires politiques, paix et sécurité de la Cedeao et l’ambassadeur Babacar Carlos M’baye,  représentant résident de la Cedeao en Côte d’Ivoire aient pu assister à une rencontre du gouvernement en qualité d’observateurs », a-t-il poursuivi.

Lire aussi:   Affaire passeport de Gbagbo : Soro crache ses vérités à Ouattara, « tu as oublié ton passé ?

M. Guikahué a relevé que le ministre ivoirien de l’Administration et de la décentralisation, a avancé qu’ au cours de la rencontre avec la ministre des Affaires étrangères du Ghana, cheffe  de délégation de la récente mission de la Cedeao, « les candidats Bédié et Affi auraient formulé comme demande la restructuration de la CEI (Commission électorale indépendante) avec un poste supplémentaire pour l’opposition et un poste de vice-président pour le Pdci ».

« Cette affirmation erronée est une manipulation des échanges de la rencontre du 18 octobre 2020 au cours de laquelle les candidats Bédié et Affi n’ont en aucun moment formulé une telle demande », a indiqué M. Guikahué, secrétaire exécutif en chef du  Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci). 

Lire aussi:   Plus de 10 000 personnes attendues à la célébration des 70 ans du PDCI-RDA qui s’ouvre samedi

Les candidats Bédié et Affi « ne se reconnaissent nullement dans cette affirmation du gouvernement qui ne reflètent en rien les discussions avec la délégation ministérielle de la Cedeao », a déclaré M. Guikahué. 

Le mot d’ordre de la désobéissance civile,  avait été lancé par M. Bédié et endossé par l’ensemble des leaders de l’opposition, face au « blocage de la situation et le refus du pouvoir de dialoguer ».  

M. Bédié est le candidat du Pdci, alors que l’ancien Premier ministre Affi Nguessan est le candidat du Front populaire ivoirien  (FPI), le parti de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo. 

Mercredi, le gouvernement ivoirien a notamment marqué son accord pour octroyer un poste de vice-président au Pdci à la Commission centrale de la Commission électorale indépendante (CEI), mais également pour réajuster les CEI locales.  

source: yeclo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here