HomePolitiqueAssalé Tiemoko : « le chantage à l’élection ne passera pas »

Assalé Tiemoko : « le chantage à l’élection ne passera pas »

Assalé Tiemoko : « le chantage à l’élection ne passera pas »
Assalé Tiemoko : « le chantage à l’élection ne passera pas »

Assalé Tiemoko a rencontré le 25 mai 2020, des gérants de maquis et bars de Tiassalé déclarant ne pas céder au chantage électoral.

Ce que nous voulons faire à Tiassalé, c’est construire une cité et une société de travail, non une cité de joie enivirée et de bruits.

Nous voulons construire une cité dans laquelle ceux qui ont du mérite et des idées progressistes sont célébrées et nous sommes là pour accompagner tous ceux qui ont des idées et qui veulent réussir.

Une cité de l’ordre où chaque jour, l’équipe municipale pose des actes pour améliorer le cadre de vie des populations et donner une allure moins sombre à la ville.

Cette tâche nous occupe au quotidien de sorte que nous n’avons plus le temps de nous intéresser aux commérages, aux petites intrigues mesquines, aux méchancetés gratuites de ceux qui ont peur de la réussite et du développement.

Aucune œuvre humaine n’est parfaite, nous connaissons nos limites et nous savons que nous ne pouvons pas tout faire.

Mais nous avons été élus sur un message très clair et aucune intimidation ou menace de sanction électorale ne nous fera dévier de notre ambition pour la ville de Tiassalé.

Lire aussi:   Affi N’guessan : sans consensus « nous ne reconnaitrons pas l’élection d’Alassane Ouattara »

Nous avons été élus pour mettre de l’ordre à Tiassalé et nous allons mettre de l’ordre dans cette ville.

Nous avons dit que nous ne voulions pas de nuisances sonores dans cette ville et il n’y aura pas de nuisances sonores à des heures indues, dans cette ville. Un arrêté municipal a été pris à cet effet et il sera rigoureusement appliqué.

Nous avons dit que nous ne voulions pas d’écoulements d’eaux usées de toilettes et autres dans la ville et nous allons mettre fin à cela. Un arrêté municipal a été pris à cet effet et, après trois mois de sensibilisation, son application avec des sanctions y compris la saisie et le séquestre des loyers des maisons sans fosses septiques, commence ce jeudi 28 mai, dans le quartier dit « Belleville » et s’étendra aux autres quartiers.

Nous avons dit que nous ne voulions pas de divagations des animaux dans cette ville et ce phénomène, réduit à 70% depuis notre arrivée, prendra fin bientôt avec l’application d’un nouvel arrêté plus dur, pris à cet effet.

Lire aussi:   Décentralisation en Côte-d’Ivoire: Réponse de LIDER à Assalé Tiémoko « il y a bien de quoi crier au loup! »

Nous avons dit que nous ne voulions plus de mineurs de moins de 18 ans dans les boîtes de nuits et autres bars. Des bars qui fonctionnent en violation de cette mesure seront fermés dans les jours qui viennent.

Nous avons dit que nous ne voulions plus dans cette ville, de maison de prostitution à ciel ouvert et nous avons fermé le tristement célèbre jardin de la prostitution à Tiassalé. Malgré les protestations et autres intimidations, nous n’avons pas reculé et nous ne reviendrons pas sur cette décision.

En cinq ans, nous ne pourrions pas tout faire, mais tout ce que nous avons prévu de faire, nous le ferons. Tous les projets lancés pour 2020 et arrêtés du fait de la COVID19, reprendront et seront livrés.

Aux élections municipales de 2023, chacun pourra s’y présenter et dire aux « Tiassaléens » ce qu’il entend faire de mieux que nous et se faire élire sur cette base.

C’est le libre jeu de la démocratie et se sont les populations qui décident. Mais on ne nous fera pas de chantage à l’élection pour paralyser l’action municipale et maintenir la ville dans les profondeurs du sous-développement, de l’anarchie, de la saleté, du désordre urbain, des nuisances de tous ordres, sous le prétexte que vouloir changer tout ça pourrait nous faire perdre l’élection de 2023.

Lire aussi:   Attaques des cortèges des ministres Sidi Touré et Amedé Kouakou, voici l'identité de la victime morte

Qu’est ce que nous voulons au juste ?

Si les autres, de peur de ne pas être réélus ont succombé à ce chantage, en s’installant dans l’immobilisme et le laisser-aller, avec nous, cela ne passera pas.

Nous voulons le meilleur pour cette ville. Et le meilleur a un prix que chacun des habitants de cette ville, que chacun de nous, doit accepter de payer.

Tiassalé est une ville d’avenir, une ville située à moins de 120 km d’Abidjan et qui, dans un temps pas si lointain que cela à l’échelle humaine, devra accueillir tous ceux qui veulent fuir l’étouffement à Abidjan.

Il est temps que tous, nous acceptions enfin, que cette commune qui est demeurée un gros village, prenne enfin le visage d’une ville moderne.

Source: Yeclo