HomePolitiqueAprès lui avoir attribué des propos xénophobes : Damana Pickass répond à...

Après lui avoir attribué des propos xénophobes : Damana Pickass répond à Chris Yapi

Après lui avoir attribué des propos xénophobes : Damana Pickass répond à Chris Yapi
Après lui avoir attribué des propos xénophobes : Damana Pickass répond à Chris Yapi

Le cyber activiste Chris Yapi a, dans une de ses vidéos quotidiennes, a attribué des propos xénophobes au vice-président du Fpi de Gbagbo, Damana Pickass. Des paroles dites lors de l’assemblée générale de la section du Fpi à Yopougon. Dans une note qui circule sur la toile, Il a exigé que ses dires soient retranscrits fidèlement. Il fait comprendre par la suite que tous les Ivoiriens doivent s’inscrire dans la dynamique de la Réconciliation.

DISCOURS DU VP PICKASS, RAPPEL ET DÉMENTI

Un profil Facebook se faisant appeler « Chris Yapi Officiel » a dans une publication en date de ce jour 5 Mai 2021 attribué un type de propos tendancieux au Vice-président Damana Adia Pickass. Il prétend que celui-ci rentré récemment d’exil a affirmé ce qui suit: » Les étrangers à qui nous avons offert l’hospitalité ont le 19 sept 2002 en hordes attaqué notre pays en massacrant les ivoiriens. »

Le vice-président du FPI n’a jamais tenu de tels propos. Bien au contraire.

Lire aussi:   Profanation de la cathédrale Saint Paul du Plateau par Kobenan Adjoumani : Des populations ivoiriennes scandalisées

Dans son adresse aux militants du Front Populaire Ivoirien de la fédération de Yopougon qui lui ont fait l’honneur de l’inviter à leur Assemblée générale ordinaire le dimanche 2 Mai, il a clairement dit et je cite:

» Nous revenons de loin, parce que simplement nous avons voulu moderniser notre pays. Nous avons voulu développer notre pays, nous avons voulu travailler pour que la Côte d’Ivoire qui est un pays riche, cette richesse puisse impacter la vie des Ivoiriens, et que chacun, ivoirien y compris et ceux que nous avons hébergé, en toute hospitalité sur ce territoire, que chacun puisse vivre décemment, en paix. Ça été notre erreur. Ça été notre crime. Un matin du 19 septembre 2002, une horde d’assaillants a envahi notre pays, a commencé à massacrer les ivoiriens. Heureusement nous avons pu faire face à cette attaque, nous avons pu stabiliser un tant soit peu cette agression et nous sommes rentrés dans une phase de négociation mais qui n’était qu’un simple stade de répit jusqu’en 2010. »

Lire aussi:   Un cadre du PDCI répond à Tiken Jah : « Bédié n’a pas besoin d’un chanteur de reggae mercenaire »

Le vice-président a donc rappelé que notre volonté était de faire en sorte que les ivoiriens et les non ivoiriens vivent décemment et en Paix sur le territoire ivoirien mais nous avons été attaqué par une horde d’assaillants qui a interrompu cette belle marche vers la prospérité pour tous.

Le vice-président apprécierait que ceux qui retranscrivent ses propos durant ses différentes tournées le fassent avec honnêteté intellectuelle et professionnalisme, restant fidèles à la lettre et son esprit.

Il a par ailleurs ce même jour invité son auditoire au pardon. Il a demandé à ceux qui ont été victimes de cette crise de pardonner et rassurer ceux qui ont peur pour l’avenir parce que conscients d’avoir fait mal. Car le président Laurent GBAGBO dont tous connaissent la bonté de cœur revient dans un objectif de Paix et de réconciliation pour que les ivoiriens réapprennent à vivre ensemble comme ils ont toujours vécu.

Lire aussi:   L'Avatar Chris Yapi localisé en France sur "Les Champs Elysées"

Il faille donc que tous s’inscrivent dans cette dynamique car au-delà de cet avatar, il fait le constat que certains responsables politiques, comme s’il s’agissait d’un plan savamment orchestré sur la base de rien du tout et hors- cadre, s’illustrent par la violence verbale à son encontre. Curieusement, mais sûrement à dessein, aucune de ces réactions ne fait cas de ses remerciements publics aux autorités aéroportuaires, aux forces de sécurité et donc au gouvernement pour l’accueil qui leur a été réservé à leur retour d’exil.

Il faut sortir de la belligérance et s’inscrire dans le cadre du message qui est véhiculé depuis son retour c’est à dire le message de paix et de réconciliation en préparation au retour du président Laurent GBAGBO.