HomePolitiqueAprès l’ouverture de la session ordinaire : Gros suspense à l’Assemblée nationale

Après l’ouverture de la session ordinaire : Gros suspense à l’Assemblée nationale

Après l’ouverture de la session ordinaire : Gros suspense à l’Assemblée nationale
Après l’ouverture de la session ordinaire : Gros suspense à l’Assemblée nationale

Gros suspense à l’Assemblée Nationale au lendemain de l’ouverture de la session ordinaire 2021, le jeudi 1er avril dernier.

En effet, la formation du bureau de cette nouvelle Assemblée nationale est suspendue à la mise en place des groupes parlementaires. Jusqu’à ce jour, des débats souvent houleux sont en cours pour la désignation des présidents des groupes parlementaires dans les différentes formations politiques, représentées au sein de la nouvelle Chambre Haute du Parlement Ivoirien. Il faut noter que l’Assemblée nationale comprend un Bureau pour présider à ses délibérations, des Commissions permanentes pour connaître des affaires qui lui sont soumises, et des Groupes parlementaires. Ce Bureau de l’Assemblée nationale comprend un Président, onze Vice-présidents, douze Secrétaires et trois Questeurs. Ce bureau est constitué suite à des négociations entre le PAN et les Groupes parlementaires. Ceci, conformément à l’alinéa 1 de l’article 8 du règlement de l’Assemblée nationale qui stipule que les autres membres du Bureau sont élus pour un (01) an renouvelable, sur proposition du Président de l’Assemblée nationale, après consultation des Groupes parlementaires. La mise en place de toutes ces entités doit intervenir dans les 30 jours qui suivent l’élection du Président de l’Assemblée nationale. 

Lire aussi:   BUREAU DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE, L’UDPCI DÉNONCE UNE VIOLATION DES PRINCIPES DÉMOCRATIQUES

En attendant, les différents groupes parlementaires qui doivent composer cette Assemblée ne sont pas encore officiellement connus. Alors comme sus-indiqué, ce sont ces groupes parlementaires qui devraient proposer des députés pour être membre de ce Bureau de l’Assemblée nationale et composer les différentes commissions. Par ailleurs des rumeurs persistances font état de ce que le règlement de l’Assemblée nationale pourrait subir des modifications quant à la classification des vice-présidents comme ce fut le cas sous la 1ère législature de Troisième République, sous le président Soro Kigbafory Guillaume. Mais en attendant, les regards sont tournés vers les partis politiques pour la fumée blanche quant aux personnalités qui doivent diriger les groupes parlementaires.

Lire aussi:   URGENT Mali : Bamako : L’Assemblée nationale saccagée, l’ORTM (chaîne publique) occupée et les programmes interrompus