Home Politique Après le 31 octobre, si KKB ne rejoint pas le RHDP, sa...

Après le 31 octobre, si KKB ne rejoint pas le RHDP, sa carrière politique pourrait en souffrir

Après le 31 octobre, si KKB ne rejoint pas le RHDP, sa carrière politique pourrait en souffrir
Après le 31 octobre, si KKB ne rejoint pas le RHDP, sa carrière politique pourrait en souffrir

Il faut sauver le soldat Kouadio Konan Bertin. Certains le pensent. Surtout quand ils parlent du regard que la postérité portera sur le fils de Bocanda, lui qui a décidé contre vents et marées de maintenir sa candidature face à Alassane Ouattara. Mais l’aventure dans laquelle vient de s’engager KKB est d’autant périlleuse que son avenir politique pourrait en dépendre.

Après le 31 octobre, il y aura une vie en Côte d’Ivoire. Et les acteurs politiques ivoiriens auront à faire chacun son bilan de cette élection pour se projeter sainement vers l’avenir. Accusé de pactiser avec le RHDP au pouvoir, Kouadio Konan Bertin s’est fermé les portes de l’opposition ivoirienne. Accusé à tort ou à raison, sa ténacité à aller à une élection sujette à plusieurs préalables du côté de l’opposition a fortement étiolé l’estime que lui portaient certains militants opposants au pouvoir d’Abidjan.

Lire aussi:   Législatives ivoiriennes: la coalition gouvernementale investit ses candidats, Guillaume Soro absent

Après le 31 octobre, deux possibilités majeures semblent s’offrir à Kouadio Konan Bertin. Chercher de nouveau à se faire accepter au sein du PDCI-RDA qu’il a assurément offensé par le maintien de sa candidature en dépit de l’investiture de Henry Konan Bédié. Une éventualité qui ne sera pas du tout aisée quand on se rappelle la suspension de ce candidat indépendant de son parti, début octobre, par le Conseil de Discipline et de l’ordre du Bélier. KKB pourra toujours essayer de se faire pardonner par son parti originelle comme il l’a déjà fait après l’élection présidentielle de 2015. Malheureusement le pont de la confiance sera très difficile à reconstituer. Au mieux des cas, une fois retourné dans sa famille politique initiale, l’homme politique devra différer ses ambitions présidentielles.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire: «le bulletin unique ne concerne que les élections générales» (Ouattara)

D’un autre côté, KKB aura paradoxalement la main tendue du RHDP. Le parti en construction ne proclame-t-il pas son intention de rassembler tous les fils et filles de ce pays ? Rejoindre le RHDP pour lequel son nom est déjà gâté ne sera quand même pas de la sinécure pour l’ex-conseiller de Henry Konan Bédié. Il devra faire le rang dans un parti où la file d’attente est déjà longue. Et surtout un parti où la loyauté, comme presque partout est un facteur qui milite en faveur du choix d’un candidat au compte du parti. Si deal il y’a, entre le candidat indépendant et le pouvoir d’Abidjan, celui-ci pourrait avoir la chance d’occuper des postes de responsabilité relativement « juteux ». Pourquoi pas une nomination en qualité se Secrétaire d’État ou de Ministre ?

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Réunie d'urgence, la jeunesse du PDCI exige la reforme de la CEI et le report des élections locales d'octobre prochain

Autrement Kouadio Konan Bertin pourra continuer d’être lui-même après le 31 octobre. Ce qui aura le mérite de le dédouaner des accusations tendant à le faire passer actuellement pour un suppôt du RHDP. Ce sera donc pour KKB, essayer de représenter cette autre alternative à équidistance entre le parti au pouvoir et l’opposition récemment intransigeante. Mais dans une Côte d’Ivoire attachée à des figures politiques tutélaires et où de plus en plus ce sont les ensembles politiques qui portent les ambitions des uns et des autres, ce choix sera politiquement inopérant.

source: rue80


LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here