HomePolitiqueAprès l’attaque de la CEI de pkèbo, Raymonde Goudou met en garde...

Après l’attaque de la CEI de pkèbo, Raymonde Goudou met en garde : « nous nous organisons pour…

Après l'attaque de la CEI de pkèbo, Raymonde Goudou met en garde :
Après l'attaque de la CEI de pkèbo, Raymonde Goudou met en garde : "nous nous organisons pour...

Dans la journée d’hier, le siège de la commission Electorale Indépendante (CEI) de la localité Pkèbo à Toumodi, a été saccagé par des individus non identifiés. Après avoir constaté ces exactions, la ministre Raymonde Goudou est montée au créneau dans l’optique de donner des avertissements.

Suite à l’appel de l’opposition à la désobéissance civile, le siège de la CEI de Pkèbo a été vandalisé par des individus non identifiés. La ministre de la culture et de la francophonie, Raymonde Goudou Coffie, fille de la localité n’a visiblement pas apprécié cela. Celle-ci a mis en garde l’opposition ivoirienne.

Lire aussi:   Le GPATE ne lâche rien : « La CEI et le Conseil constitutionnel sont disqualifiés »

Celle-ci a interpellé la députée de la localité, Antoine N’Dri sur les actions menées sur le terrain par selon elle, les militants de l’opposition. “Notre sérénité ne veut pas dire qu’on a peur. C’est simplement parce qu’on respecte les recommandations du Président Alassane Ouattara. C’est la raison pour laquelle nous n’avons pas réagi jusqu’aujourd’hui”.

Raymonde Goudou Koffi a laissé entendre que désormais les auteurs de ces actes auront une réponse immédiate. “Je mets en garde le député Antoine, s’il récidive ce genre d’action, il va nous trouver en face et moi en premier. Comme nous savons qui a fait ça, nous nous organisons à partir d’aujourd’hui pour répondre à toutes les manifestations de violence et j’assume ce que je dis.”, a laissé entendre la ministre.

Lire aussi:   Aïcha Koné met en garde : "El youki est mon neveu, mais n'associez pas mon nom à ses propos"

L’élection présidentielle aura lieu le 31 octobre prochain et la situation actuelle constatée dans le pays laisse planer la psychose et le doute au sein des populations.

source: afrikmag