Home Politique Après la scène du militant Pro-Gbagbo, Patcheko dans tous ses états : « c’est...

Après la scène du militant Pro-Gbagbo, Patcheko dans tous ses états : « c’est de la provocation »

Après la scène du militant Pro-Gbagbo, Patcheko dans tous ses états :
Après la scène du militant Pro-Gbagbo, Patcheko dans tous ses états : "c'est de la provocation"

Il n’en revient pas. Le fait que le vieux militant Pro-Gbagbo ait fait sa star dans les rues d’Abidjan avec sa moto encadrée de bois à l’effigie de l’ancien président ivoirien sans être inquiété (même si dans les dernières heures, un malheur lui est arrivé), n’empêche qu’il soit dans tous ses états. 

Alors là, il n’est pas du tout content. Vous pourrez le constater suite à l’une de ses publications sur son compte Facebook ce mardi 15 juin, à travers laquelle il pointe du doigt l’actuel président ivoirien Alassane Ouattara et lui demande d’être plus regardant sur la situation du pays.

Lire aussi:   Les exilés pro-Gbagbo se préparent pour le retour, C’est le FPI qui nous demande de rentrer au pays, Voici la grosse surprise

En effet, ce militant pro-Gbagbo a fait le tour de la commune du plateau hier lundi. Et comme si cela ne suffisait pas, le Sieur avait tout autour de sa mobylette, des pancartes en bois sur lesquelles, il était écrit à répétition des paroles « pleines de sens », notamment, « Gbagbo au palais, etc.

C’est suite à ces propos que vient sa colère. « c’est de la provocation (…) Sinon, expliquez-nous <GBAGBO AU PALAIS> signifie quoi? » Reproche-t-il. « L’année 2021, est-elle une année électorale ? Le mandat du président Ouattara, prend-il fin le 17 juin 2021 ?

Lire aussi:   Législatives / Gagnoa : Johnny Patcheko "attaché" par les Ivoiriens, voici les images très drôles

Que recherchez-vous sachant que sur toutes ces questions posées, la réponse est non ? » A-t-il ajouté. Alors, se voulant méfiant, il n’hésite pas à s’en prendre au patron du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix et lui demander, avec « deux bras », de ne pas jouer avec son pouvoir.

Pour cela, le retour de l’opposant historique du premier président ivoirien Félix Houphouët-Boigny, le 17 juin prochain devra être « surveillé » de près pour éviter toute surprise désagréable.

Lire aussi:   Laurent Gbagbo libéré, qui est coupable : Johnny Patcheko réagit

« Sachez, Mr le président que le supporter dans les tribunes voit plus clair que l’arbitre et les joueurs sur le terrain. » A-t-il écrit comme mot de fin.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here