HomePolitiqueAnnus horribilis : l’expression de Soro Guillaume qui fait jaser

Annus horribilis : l’expression de Soro Guillaume qui fait jaser

Annus horribilis : l’expression de Soro Guillaume qui fait jaser
Annus horribilis : l’expression de Soro Guillaume qui fait jaser

Vendredi 1er janvier 2021. C’est la date choisie par Soro Kigbafori Guillaume, président de Générations et peuples solidaires (GPS), pour s’adresser à la nation. Ce, après tous les grands leaders politiques de la Côte d’Ivoire. Dans son discours, l’ancien président de l’Assemblée nationale dont la maîtrise de la rhétorique n’est plus à démontrer, a fait usage d’une expression peu commune qui fait beaucoup jaser. En l’occurrence « Annus horribilis ».

« Démarrée sur des chapeaux de roue avec la vague de répression brutale qui s’est abattue sur mes compagnons du mouvement Générations et Peuples Solidaires (GPS) à compter du lundi 23 décembre 2019, la terreur s’est poursuivie et même intensifiée tout au long de l’année 2020. Oui, 2020 aura été une véritable annus horribilis pour la Côte d’Ivoire », a-t-il laissé entendre.

Lire aussi:   En rupture avec ses ex-compagnons: Karim Ouattara parle de Guillaume Soro et Blé Goudé

Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer au regard de l’orthographe et de la prononciation, cette expression latine signifie littéralement « année horrible ». En atteste la suite du discours de l’ex Secrétaire général des Forces nouvelles (FN) : «Les rideaux de l’effroi ont été ouverts par l’entrée en scène des miliciens et encagoulés, au siège de GPS… »

Pour l’histoire, l’expression « Annus horribilis » a été utilisée pour la première fois par la reine Élisabeth II pour qualifier l’année 1992, dans un discours prononcé le 24 novembre de la même année à Guildhall, quelques mois après le 40e anniversaire de son accession au trône. Cette année-là, la famille royale britannique a connu de nombreux problèmes familiaux.

Lire aussi:   Vacances scolaires pour enfants musulmans en Côte-d’Ivoire: André Silver Konan “fait la leçon” à Aguib Touré

source: opera