Home Politique Affoussy Bamba: “Je demande au digne peuple de Côte d’Ivoire de ne...

Affoussy Bamba: “Je demande au digne peuple de Côte d’Ivoire de ne pas avoir peur.”

Affoussiata Bamba Lamine: “Quand un régime totalitaire sent la fin, il se comporte de cette façon…”

Confirmez-vous la rumeur qui circule sur les réseaux sociaux actuellement, selon laquelle Guillaume SORO serait en négociation pour son retour au RHDP ?

Ah bon ?? Négociation avec qui ?? Franchement il faut être sérieux !! Vous me donnez l’occasion en répondant à cette question de rassurer nos concitoyens et surtout nos militants. Rumeur pour rumeur, la même avait circulé me concernant, à savoir que j’étais en négociation pour revenir au RHDP avec à la clé, un poste. De la même façon que j’ai apporté un cinglant démenti à de telles inepties, je reviens aujourd’hui dire clairement que Guillaume SORO n’a absolument aucune intention, ni aujourd’hui, ni demain, de rejoindre le RHDP. Il s’agit d’affabulations qui ne trompent personne. Ces intoxications répétées expriment une certaine fébrilité de leurs auteurs. En somme, il faut savoir que nous avons définitivement tourné la page avec ce parti et les acteurs qui l’animent. Vous vous souviendrez quand même que Guillaume 

SORO a souhaité que le processus pour aboutir au RHDP unifié soit inclusif, qu’il se fasse dans le dialogue, que cela ne se fasse donc pas au forceps en excluant les uns et les autres, notamment, le PDCI-RDA. Il l’avait indiqué publiquement au cours d’une réunion du RDR, le 29 mars 2018, puis il l’a réitéré dans son discours lors de la rentrée parlementaire le 04 avril 2018, en sa qualité de Président de l’Assemblée Nationale. Vous vous souviendrez également que Guillaume SORO a mis en jeu le poste qu’il occupait à l’Assemblée Nationale en tant que Président, au nom de ses convictions en démissionnant, plutôt que de rejoindre cette formation ? Après tout ça, vous trouvez crédible qu’il y revienne ? Soyons sérieux ! Je vais même plus loin pour vous dire qu’aucun de ses proches n’est en discussion avec qui que ce soit au sein du RHDP pour un retour. Il faut donc arrêter avec ces bêtises entretenues pour faire diversion alors que le pays traverse une grave crise. 

En parlant de crise cela me permet de vous demander pourquoi on ne vous entend pas sur la question de la CEI. Que pensez-vous de cette nouvelle CEI ? Vous parlez bien de la CEI ?? De la “Commission d’Extermination des Ivoiriens” ? Vous ne m’avez pas entendu en parler parce que c’est un non-événement pour nous. En parler, c’est lui donner de la consistance. Vous savez bien comment se sont passé les choses. Le Gouvernement s’est cru malin en conviant les forces vives de la nation pour faire un simulacre de débats en vue de l’élaboration de la nouvelle CEI. En réalité, il n’y a eu aucun débat et à la fin, le gouvernement a choisi sa société civile, son opposition, pour produire sa réformette.

Lire aussi:   Attentat à Ouagadougou : Alassane Ouattara ’’solidaire" avec le président Kaboré et le peuple burkinabé

Extermination c’est un peu fort non ?

Non, ce n’est pas fort, c’est la triste réalité ! Quand vous faites une lecture de l’Arrêt de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples du 18 novembre 2016, il demande clairement au gouvernement ivoirien de mettre en place un organe électoral réellement indépendant et impartial. Quand vous regardez ce qui a été produit croyez-vous que cette commission réponde aux critères d’indépendance et d’impartialité ? D’ailleurs, il faut évoquer la question de toutes les autres structures en charge des élections, puisque la CEI n’est pas le seul organe. Quand vous regardez tous les autres organes, du Conseil Constitutionnel, jusqu’à la Cour Suprême à travers la chambre administrative (devenu un Conseil d’État) en charge du contentieux électoral, tous, sont inféodés au pouvoir. À propos, de la chambre administrative de la Cour Suprême, où est passé le Juge Pierre-Claver KOBO, ce magistrat qui a rendu une décision lors des municipales, à Port-Bouët qui a tant déplu au RHDP ? Il a été purement et simplement remplacé dans la perspective des élections présidentielles de 2020. Personne ne peut imaginer que cette CEI soit l’organe capable d’organiser l’élection dans notre pays. Alors, que Monsieur Alassane Dramane Ouattara ne se trompe pas. Bien que lui-même ne soit pas concerné par cette élection puisque Constitutionnellement, il a fait ses 2 mandats, il se tromperait lourdement de croire que cette commission puisse organiser les élections ! Nous ne l’accepterons jamais. 

Regardez le climat délétère dans lequel évolue notre pays aujourd’hui, où les élus sont jetés en prison sous n’importe quels prétextes fallacieux. Vous vous rappelez qu’au moment de l’arrestation du Député Alain Lobognon, j’avais indiqué au cours de ma plaidoirie, que tous les ivoiriens étaient des prisonniers en sursis, nous y sommes. L’affaire concernant le président du Conseil régional du Gbêkê, Monsieur Mangoua Jacques est une fiction digne d’une opération de barbouze ! Quelle est cette république où personne n’est à l’abri d’une injustice grossièrement montée par ce pouvoir ? Qu’à fait le militant du RACI, Moctar Diallo, pour se retrouver entre les mains de la justice ? Le droit de manifester n’est-il pas constitutionnel ? Quel est ce pays où la justice est prompte à agir en faveur du RHDP et muette pour tous les autres citoyens ? Où en est la procédure judiciaire dans le lâche assassinat de Soro Kognon ? Guillaume SORO subit à longueur de journée des diffamations et des appels au meurtre sur sa personne, que fait le procureur de la république ? Enfin, à titre personnel j’ai été diffamée par des acteurs clairement identifiés, j’ai porté plainte et à ce jour, il n’y a eu aucune suite. Je pourrai continuer à vous 

Lire aussi:   Nouvelle Constitution/Avant le vote du dimanche : Amadou Gon Coulibaly convainc et séduit la jeunesse ivoirienne

égrener d’autres cas, qu’on n’en finirait pas aujourd’hui, tellement la liste est longue. Quelle est cette république liberticide où lorsqu’on dénonce ce qui ne va pas, on incite à l’insurrection ? Quand on manifeste, on tombe sous le coup du trouble à l’ordre public ? Quand on critique le pouvoir, on a commis un crime de lèse-majesté en diffamation ? Si on se plaint de se faire spolier son terrain par des non-nationaux, on est passible du délit de xénophobie ? Si je comprends, les Ivoiriens ne doivent rien dire, et doivent regarder faire, accepter qu’on porte atteinte ou qu’on piétine leurs droits et leurs libertés ? Ce n’est tout simplement pas acceptable !! C’est pourquoi, je demande au digne peuple de Côte d’Ivoire de ne pas avoir peur !! Quand un régime totalitaire sent la fin, il se comporte de cette façon. 

Qu’est-ce que vous allez faire alors ? Que faut-il faire pour les élections apaisées en Côte d’Ivoire ? 

Comment pouvez-vous imaginer qu’en 2010 nous nous soyons battus pour une CEI consensuelle, ce que nous avons obtenus et, sans laquelle d’ailleurs, Alassane Dramane Ouattara n’aurait jamais pu être l’actuel Président de la République, ce qui n’a pas empêché non plus, notre pays de connaître une terrible crise post- électorale, et que nous accepterions aujourd’hui de faire une impasse sur cette exigence pour 2020 ? Non ! Ce n’est tout simplement pas possible ! Nous allons pousser le gouvernement à revoir sa copie, sinon il assumera le risque auquel il expose le pays ! Je vais vous dire, le RHDP fait de l’intoxication en se disant le parti majoritaire, en citant comme une litanie le nombre de maires et de présidents de conseils régionaux obtenus par intimidation, menaces et braquages des urnes ! Si le RHDP avait réellement cette majorité clamée, pourquoi donc inféoder tous les organes chargés d’organiser les élections ? D’ailleurs, ce qui arrive à Monsieur Jacques Mangoua est bien la preuve du chantage exercé sur les élus qui n’adhèrent pas au RHDP ! 

Une majorité ne se clame pas, mais elle est visible et sans ostentation !! C’est bien connu que ce sont les tonneaux vides qui font du bruit. En réalité, le RHDP prépare les esprits à travers cette vaste communication d’intoxication pour dire qu’ils ne peuvent pas, ne pas avoir gagné les prochaines élections du fait de leur majorité, mais qui on vient de le voir, est factice. Il faut que les dirigeants de ce parti sachent que nous sommes parfaitement au courant de leur jeu et de leur stratégie ridicule. 

Qu’est-ce qu’un scrutin sincère pour vous ? 

Un scrutin sincère est celui qui permet de révéler la volonté ou le choix de l’électeur pendant une élection. Il permet lors du dépouillement des urnes, de savoir pour lequel des candidats au cours d’une élection l’électeur a voté. Pour appréhender cette sincérité, c’est à dire pour garantir cette sincérité, il faut que le vote soit égalitaire, libre et secret. Ceci est symptomatique du respect d’un État de droit, de sorte qu’une élection à l’issue de laquelle, il est impossible de connaître avec certitude le choix de la majorité, doit être annulée par le juge en 

Lire aussi:   L’objectif du mouvement d’Adjoumani en Côte-d’Ivoire est d’amener Bédié à «signer les textes du parti unifié»

charge du contentieux électoral, comme ne pouvant pas permettre de déterminer la sincérité du scrutin. Vous comprenez donc que la Commission chargé d’organiser les élections doit être à équidistance, c’est-à-dire loin des partis, du pouvoir comme de l’opposition, pour garantir à tous les citoyens un vote libre, égalitaire et secret. De même, le Conseil Constitutionnel chargé de se prononcer sur le résultat d’une élection doit le faire en toute impartialité. Enfin, le juge qui est chargé du contentieux électoral doit pouvoir rendre sa décision en toute liberté. Une fois qu’on a dit cela, la question que l’on se pose est de savoir si les organes en charge de l’organisation des élections en Côte d’Ivoire répondent à ces critères ? Ma réponse est clairement non ! 

Le mot de fin : 

Pour me résumer, ce que je dirais est qu’il faut que les Ivoiriens n’aient pas peur ! Il faut que les Ivoiriens soient sereins. Tout pouvoir, quelque soit sa durée, a toujours une fin, et cette fin, nous la voyons. Donc, il faut que le peuple prenne courage et qu’il reste déterminé, qu’il croit en sa résilience. Nous avons toujours su démontrer qu’en fin de compte dans ce pays, on ne peut pas porter atteinte impunément à nos libertés, il faut donc que les Ivoiriens soient sereins. Il faut qu’ils sachent que c’est ensemble que nous pouvons réussir, ce régime passera, la Côte d’Ivoire va se reconstruire, parce que la Côte d’Ivoire est notre bien commun, il est le seul bien que nous ayons et il mérite que nous nous battions pour garantir des élections apaisées pour le bonheur des Ivoiriens. Qu’on ne s’y trompe pas, celui que les Ivoiriens auront élu en majorité, c’est celui-là qui sera Président de la République de Côte d’Ivoire en 2020. J’entends dire que les élections sont bouclées, que tout est calé ! Oui, en effet, tout est calé, tout est bouclé, mais pas comme on le croit. Tout est calé et bouclé chez Dieu, et c’est son élu qui va diriger le pays lors des prochaines élections présidentielles. Je vous remercie. 

Source: officielle Affoussatou Bamba Lamine

Source: Ici Abidjan

Commentaires Facebook