Home Politique Affi N’guessan: le départ de Gbagbo est « un soulagement »

Affi N’guessan: le départ de Gbagbo est « un soulagement »

Affi N'guessan: le départ de Gbagbo est
Affi N'guessan: le départ de Gbagbo est "un soulagement"

Pour Pascal Affi N’Guessan, le départ du président Laurent Gbagbo du Front Populaire Ivoirien est un soulagement car ce retrait de son ex-mentor leur permet de mieux conduire aujourd’hui la politique du FPI.

De passage à Paris le dimanche 24 octobre 2021, Pascal Affi N’Guessan, président du Front Populaire Ivoirien, a accordé une interview à une chaîne de télé. Dès l’entame de cet échange avec le journaliste Jean Paul Oro qui l’a reçu, Pascal Affi N’Guessan a été appelé à donner de façon cavalière, son sentiment sur la décision de son ex-mentor Laurent Gbagbo de quitter le FPI.

Lire aussi:   Alain Lobognon: l'intégralité de son discours à Fresco

Selon Pascal Affi N’Guessan, il ne ressent aucun sentiment de colère mais plutôt un grand soulagement pour ce départ du président Laurent Gbagbo du Front Populaire Ivoirien. Car toujours selon Pascal Affi N’Guessan, la position de Laurent Gbagbo, pendant 10 ans, a créé la confusion au sein du parti.

En annonçant ainsi son départ, c’était donc une façon pour lui de libérer le FPI. Ce qui met lui (Pascal Affi N’Guessan) et ses partisans totalement à l’aise pour conduire librement la politique du Front Populaire Ivoirien.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire : la France annonce l’augmentation de sa présence militaire

« Je ne ressens pas de colère mais un soulagement. Parce que ça fait 10 ans que sa position a créé la confusion au sein du FPI, en annonçant son départ, il clarifie les données du jeux politique et ça nous met totalement à l’aise pour conduire la politique du Front Populaire Ivoirien. C’est une situation que nous n’avons pas souhaité puisque je me suis battu près de 10 ans pour qu’il reste avec nous pour que nous puissions continuer le combat ensemble comme nous l’avions commencé. Mais vous savez, à l’impossible, nul n’est uni », a déclaré.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Réunie à Anono, la JEDS «le peuple va contraindre Ouattara à réformer la CEI, s'il ne le fait pas, il n'y aura pas d'élections le 13 octobre»

Aujourd’hui président d’un nouveau parti politique dont le PPA-CI, le FPI se présente désormais à Laurent Gbagbo comme un parti adverse qu’il devra affronter avec les autres partis politiques, aux différentes élections y compris la présidentielle 2025 si jamais il est candidat.

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here