Home Politique Affaire viol KKB : Ferro Bally dénonce une politique de deux poids...

Affaire viol KKB : Ferro Bally dénonce une politique de deux poids deux mesures

Accusé de viol : Kouadio Konan Bertin rassure
Accusé de viol : Kouadio Konan Bertin rassure

Ferro Bally, journalise ivoirien, donne son avis sur l’affaire KKB qui fait la tour de la toile depuis quelques jours en Côte d’Ivoire.

L’animateur Yves de Mbella doit être en train de ruminer cet adage de Jean de la Fontaine: » Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ».Le mardi 31 août 2021, la Haute autorité pour la communication audiovisuelle (HACA) l’a suspendu, pendant trente jours, de toutes les chaînes de télévision et de radio en Côte d’Ivoire. Le mercredi 1er septembre 2021 et en procédure d’urgence, le présentateur de l’émission « La Télé d’ici Vacances » de la chaîne NCI a été condamné à un an de prison avec sursis, deux millions de nos francs d’amende et deux ans d’interdiction de paraître sur le territoire ivoirien à l’exception de la ville d’Abidjan.

Lire aussi:   Quand Thiam excluait une éventuelle carrière politique en Côte-d’Ivoire

Le lundi 30 août, avec un prétendu violeur sur le plateau qui mimera des scènes d’agression sexuelle, Yves de Mbella sera accusée d’apologie du viol. Et son invité prendra la raclée: deux ans de prison ferme, 500 mille francs CFA d’amende et confinement à Abidjan pendant deux ans. Cette émission a suscité une levée unanime de boucliers sur la toile qui était en ébullition.

Les associations féministes et les organisations de défense des droits de l’homme comme la LIDHO ont déterré la hache de guerre et porté plainte. Et toute affaire cessante, Yves de Mbella a été condamné à purger une peine.Mais depuis ce lundi 27 septembre 2021, des rumeurs persistantes, soutenues par un message audio, mettent Kouadio Konan Bertin dit KKB, ministre de la Réconciliation nationale, dans de beaux draps.

Lire aussi:   Assemblée nationale: Guillaume Soro réélu au perchoir

En avril dernier, il aurait violé, à Divo (capitale de la région du Lôh-Djiboua), l’artiste camerounaise Sophie Dencie, qui a brièvement été sa collaboratrice. Une somme de 250 millions de nos francs aurait vainement été proposée pour étouffer l’affaire. Et sur la toile, le silence est assourdissant. Presque personne n’élève la voix pour demander des explications ou condamner pareil comportement libidineux. Les féministes et autres organisations des droits de l’homme sont en vacances.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Paul Yesskoo, nouveau Chargé d'Affaires par intérim de l'Ambassade des Etats-Unis, « La démocratie exige des institutions fortes et accessibles»

Et la Camerounaise Dencie, qui dit avoir porté plainte, est abandonnée, seule au front. Car elle a à faire à forte partie qui, de surcroît, est couverte par l’impunité lui assurant une totale immunité. KKB est, en effet, justiciable devant la Haute cour de justice. Mais ce tribunal d’exception devant lequel doivent comparaître les membres de l’Exécutif (président de la République, vice-président, Premier ministre, ministres et secrétaires d’État) n’est pas encore créé, bien que prévu, depuis 2000, dans les dispositions constitutionnelles.

Et le présumé ministre violeur, s’il n’est pas maintenu, ne pourrait encourir qu’une simple sanction administrative (démission ou limogeage). Ce pays, comme ironisent de nombreux internautes, n’a plus de freins.

Source : yeclo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here