HomePolitiqueAccusé de traîtrise, Alphonse Soro désavoue Guillaume Soro : « la relève...

Accusé de traîtrise, Alphonse Soro désavoue Guillaume Soro : « la relève en 2020 n’était pas prête »

Accusé de traîtrise, Alphonse Soro désavoue Guillaume Soro : « la relève en 2020 n’était pas prête »
Accusé de traîtrise, Alphonse Soro désavoue Guillaume Soro : « la relève en 2020 n’était pas prête »

Le président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) Alphonse Soro était l’invité de Gabrielle Zani dans « Instant vérité » de Matin Bonheur ce 22 février 2021 sur la RTI. Alphonse Soro a encore tenté de justifier son retour au RHDP.

Alphonse Soro est actuellement un persona non grata dans le camp Soro. Les accusations de perfidie dont il fait l’objet l’ébranlent pas l’homme politique dans la constitution de sa défense. Alors qu’il dit avoir démissionné en 2019 de la Primature pour faire l’option du changement générationnel avec Guillaume Soro, le Président de l’ANC reconnait aujourd’hui que la génération dont il s’était rendue solidaire, il y’a peu, n’était pas prête à diriger le pays en 2020. « Il fallait qu’on soit honnête avec nous-mêmes. La relève en 2020 n’était pas prête. Donc la Côte d’Ivoire a encore besoin du président Alassane Ouattara. Et je suis très heureux d’être de retour auprès de lui. Du reste, il est mon père. Je suis très heureux de revenir auprès de mon père pour continuer d’apprendre. C’est la vérité » s’est-il défendu, désavouant l’homme politique avec lequel il a récemment connu l’exil.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : En exil forcé en France depuis plus d'un an, Guillaume Soro est désormais sous protection

Selon donc Alphonse Soro, son parti l’ANC a estimé qu’il fallait prendre acte de la volonté populaire qui ne s’est pas exprimée en faveur d’un changement générationnel. « Et en ce qui concerne Alphonse Soro et l’entité politique que je dirige l’ANC, nous avons estimé que franchement, il faut qu’on arrête de se mentir à nous-mêmes, cette relève en 2000 n’était pas à mesure de pouvoir pérenniser la dynamique de paix que le président Ouattara a maintenue pendant ces 10 années. Cette relève ne s’est pas montée à la hauteur des enjeux et n’a pas pu séduire les Ivoiriens par sa capacité de pouvoir (…) prendre tout de suite et maintenant les choses en main. Alors c’est pour cela que je ne me gêne pas pour revenir continuer d’apprendre » a-t-il poursuivi.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Jeannot Ahoussou-Kouadio répond à Adama Bictogo «Je suis assis sur le tabouret »