Home Politique 1er congrès du Cojep en Côte-d’Ivoire: Blé Goudé clarifie tout «je ne...

1er congrès du Cojep en Côte-d’Ivoire: Blé Goudé clarifie tout «je ne suis pas pressé…»

1er congrès du Cojep en Côte-d’Ivoire: Blé Goudé clarifie tout «je ne suis pas pressé…»
1er congrès du Cojep en Côte-d’Ivoire: Blé Goudé clarifie tout «je ne suis pas pressé…»

1er congrès du Cojep en Côte-d’Ivoire: Blé Goudé clarifie tout «je ne suis pas pressé…»

Son ambition pour la Côte d’Ivoire, ses relations avec Gbagbo et le Fpi, l’avenir du Cojep…

Par Connectionivoirienne

La place CP1 de Yopougon a repris des couleurs, littéralement reconquise à l’occasion du 1er congrès ordinaire du Cojep en tant que parti politique. Cette place qui a valeur de symbole dans la résistance patriotique a été baptisée à l’occasion, ‘’place Blé Goudé’’ en souvenir aux giga meetings que l’ancien leader de la galaxie patriotique y tenait pour soutenir le régime du président Gbagbo aux prises avec les forces impérialistes et leurs relais locaux.

Ce congrès a réuni du monde. Des fidèles, des militants, des amis y compris ceux qui avaient pris leurs distances d’avec le Cojep quand Blé était dans les liens de la détention. Tous sont venus, célébrer celui qui avait dit lors de l’audience de confirmation des charges ‘’Je ne serai pas la honte de ma génération’’ et qui avait appuyé sa capacité de résistance d’un livre ‘’De l’enfer je reviendrai’’. Plusieurs discours ont été entendus. Les représentants des partis politiques dont l’Usd de Henri Niava, le Mvci (parti pro-Soro), Kouadio Konan Bertin, l’ancien député de Port-Bouët qui a fait plusieurs visites à La Haye et le Fpi tendance loyale à Gbagbo. Le représentant du Fpi, l’ancien député d’Adjamé, Diomandé Mami a tenu un discours conciliateur, très applaudi, louant les mérites de Blé Goudé et invitant la grande famille Gbagbo au pardon, à la tolérance et à la réconciliation. « Apaisons nos cœurs, tendons la main à nos frères. (…) Entre militants du Cojep et enfants de Laurent Gbagbo, il n’y a aucune place pour la rancune », a-t-il déclaré.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Les microbes font un mort à Attecoubé

Quand fut close cette longue série des interventions, entre deux prestations de l’artiste John Yalé, C’est Charles Blé Goudé qui tiendra en haleine le public pendant près de 30 mn par vidéo depuis La Haye où s’étaient rassemblés une poignée de fidèles autour de lui.

C’est un homme fier de la mobilisation du jour qui s’est adressé à son auditoire. Il a tenu à dire merci à bon nombre de ses camarades qui n’ont pas baissé les bras et qui ont tenu jusqu’à sa libération. Parmi eux, l’ancien député KKB, les mouvements de soutien et particulièrement Nogbou Hyacinthe, premier secrétaire national ‘’qui n’a pas cassé le canari’’ à lui confié, selon les propres termes de Blé Goudé. Il a également eu un mot de compassion pour tous ceux qui sont tombés dans cette bataille.
‘’Ce qui nous lie Gbagbo et moi…’’

Consacrant de longues minutes sur ses rapports avec Gbagbo, Blé Goudé s’est élevé contre les mauvaises langues qui disent que ses relations sont devenues exécrables avec son mentor. « Ce qui nous lie le président Gbagbo et moi, c’est une cause noble qui engage la vie de milliers d’Ivoiriens. Et quelle que soit la longueur des oreilles, elles ne dépasseront jamais la tête. La tête c’est Laurent Gbagbo et jamais je ne me comparerai à Gbagbo parce que c’est mon père, c’est mon maître. J’ai fait cinq ans en prison avec lui, nous nous sommes parlé beaucoup, il m’a enseigné. (…) Mais quand quelqu’un est en vie que tu parles de son héritage, c’est que tu souhaites sa mort. Je ne serai pas de ceux qui parlent de l’héritage de Gbagbo pendant qu’il est encore en vie… Gbagbo et moi, ils nous ont mis sous terre, ils ont dit que c’en était fini mais nous avons germé. Nous avons germé pour que tous les Ivoiriens profitent (des fruits). Au moment où personne ne croyait Dieu nous a libérés et ce que Dieu a commencé, il va le terminer », a éclairé l’ancien chef des jeunes patriotes à la grande joie du public.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire: le 1er gouvernement de la 3e République mis en place

Pour charles Blé Goudé qui fait une incursion dans la gouvernance, les Ivoiriens quel que soit leur bord, ont un ennemi commun aujourd’hui, la pauvreté. Pour lui tout débat politique doit tourner autour de cette donne. Comment faire pour donner du travail aux jeunes ? Que faire pour que les paysans ivoiriens, les cacaoculteurs en particulier retrouvent leur dignité perdue ? « Il nous manque des dirigeants qui ont un grand rêve », sermonne-t-il sur ce sujet. Puis de répondre à ceux qui lui prêtent des ambitions en 2020 : « Moi je ne suis pas pressé parce que la Côte d’Ivoire n’est pas de passage ».

Sur un autre ton et abordant les risques liés à la présidentielle de 2020, Blé Goudé interroge la classe politique actuelle : « Est-ce qu’on a pris conscience de ce qui nous est arrivé ? Est-ce qu’on a tiré les leçons de cette crise ? » Puis CBG de donner sa position : « Moi j’ai tiré des leçons. C’est pourquoi je ne veux plus que cela se répète dans notre pays. Je lance un appel au gouvernement. Créons les conditions d’une élection juste et apaisée. Rien n’est bouclé, rien n’est géré, tout est dynamique ! Nos aînés n’ont pas le droit de nous léguer la guerre. (…) Celui qui veut nous diriger devra nous convaincre par un projet de société clair qui réponde à nos besoins ».

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Depuis la France, Ouattara souligne que tous les Etats ne pourront pas adopter la nouvelle monnaie « Eco » dès 2020

‘’Je veux faire mon propre lit’’

Cela dit, il a salué le combat du ‘’Fpi fondé par Gbagbo’’. « Le Cojep est le fruit du combat de Gbagbo. Il a sacrifié sa vie pour que nous soyons. On lui doit tout et on doit lui pardonner ses fautes. Gbagbo a besoin de nous, il n’a pas besoin de bruit, il a besoin de calme. Moi je parle parce que je suis Blé Goudé. Je viens enlever la rosée », fait-il savoir répétant à l’envi qu’il ne participera pas à la guerre des héritages. « Je veux faire mon propre lit », relève-t-il cependant avant de saluer Simone Gbagbo et le défunt Abou Drahamane Sangaré pour leur combat politique.

Charles Blé Goudé veut être à la tête ‘’d’un grand parti politique’’, le Cojep. Un parti qui, souligne-t-il, n’aura ni bastion à l’ouest, ni à l’Est mais un parti qui a pour bastion la Côte d’Ivoire et qui brise les barrières (sociales et ethniques).
Le congrès prend fin ce dimanche et devrait plébisciter son fondateur Charles Blé Goudé comme nouveau président qui prévient qu’il est en route pour la Côte d’Ivoire après avoir chassé et tué la panthère au cours de sa chasse à La Haye.

SD à Abidjan
[email protected]

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site connexion ivoirienne.

 

Commentaires Facebook