Home Non catégorisé Union du Grand Nord: comment Guillaume Soro a pris le contrôle de...

Union du Grand Nord: comment Guillaume Soro a pris le contrôle de l’UGN

Union du Grand Nord: comment Guillaume Soro a pris le contrôle de l’UGN
Union du Grand Nord: comment Guillaume Soro a pris le contrôle de l’UGN

L’Union du Grand Nord (UGN) a été portée sur les fonts baptismaux le samedi 13 novembre 2021 à Korhogo. La présidence a été confiée à un illustre anonyme, Abou Gbané, dont les récentes sorties attestent qu’à défaut d’être un proche de Guillaume Soro, il est au moins l’un des pions (volontaire ou involontaire) de son système.

Quand Gilbert Kafana Koné, maire RHDP de Yopougon, a eu l’ingénieuse idée de créer une grande union pour le développement du Grand Nord, il ne songeait certainement pas à Abou Gbané comme président. Mais les choses se sont passées autrement et ce nom s’est imposé à lui. Kafana a-t-il conscience qu’il a choisi un homme qui sert volontairement ou à son insu, le système Soro ?

Tout commence par un enregistrement au cours d’une réunion des élus et cadres du Gontougo. Cet enregistrement tombe entre les mains de Chris Yapi, le célèbre avatar que certains présentent à tort ou à raison, comme un membre de l’écurie de Guillaume Soro, à défaut d’être le concerné lui-même. Cet enregistrement dévoile opportunément l’intervention du ministre d’Etat Kobenan Kouassi Adjoumani, qui marque son opposition à faire intégrer la région dont il est président du conseil élu (Gontougo), ancrée à l’Est, dans une union du grand Nord. Dans la salle, au moins deux personnalités marquent leur accord pour y adhérer : Abou Gbané et le ministre-gouverneur du Zanzan, Souleymane Touré.

Lire aussi:   Le Barça contracte un prêt de 595 M€ !

L’enregistrement des personnes qui se disent favorables à cette intégration ne fuite, curieusement, pas ; ce qui donne des indices sur ceux qui avaient intérêt à remettre l’audio à Chris Yapi. De fait, de nombreux participants à cette réunion qui s’est déroulée le mercredi 13 octobre 2021 au 23è étage de l’immeuble de la Caistab au Plateau, soupçonnent un jeune qui était dans la délégation de Gbané et de Touré, d’être l’auteur de l’enregistrement. Comment cet audio s’est-elle retrouvée entre les mains de Chris Yapi, si les commanditaires n’avaient pas de lien avec ce dernier ?

Représentant de Hiliassou, un pro-Soro

La réponse à cette question se trouve à la réunion citée plus haut. En effet, ce jour-là, selon le compte-rendu qui a été dressé et que Afriksoir.net a pu consulter auprès de l’un des douze députés de la région, Abou Gbané s’est présenté à la réunion, en son nom propre et a déclaré représenter Hiliassou Koné, maire de Bondoukou, réputé favorable à GPS de Guillaume Soro. Celui-ci, rappelons-nous, s’était dressé contre les candidats du RHDP aux législatives et avait déposé sa candidature face aux candidats soutenus par Adjoumani. Il avait perdu face au RHDP.

Comment Abou Gbané a pu devenir un proche de Hiliassou Koné, pro-Soro réputé, jusqu’à être son représentant à une réunion élargie de cadres et élus du Gontougo ? La question reste posée. Toujours est-il que c’est sur lui que Kafana Koné a porté son choix, après avoir lui-même refusé d’assumer la présidence de l’UGN, ayant finalement perçu la non pertinence de son action au Nord, alors qu’il reste un élu du Sud.

Lire aussi:   LdC: voici les quatre candidats pour le titre de joueur de la semaine

Tout comme Kafana, ni Fidèle Sarassoro, jusque-là pressenti comme le vrai commanditaire de l’UGN, ni les ministres Bruno Koné et Nialé Kaba n’ont voulu assumer cette présidence. En définitive, elle est tombée sous le contrôle de Abou Gbané et conséquemment sous celui de Guillaume Soro. Cela s’est vite ressenti samedi où la mobilisation à Ferké, le fief de l’ex-président de l’Assemblée nationale, a été laborieuse. Dans d’autres régions, certains cadres ont dû user de subterfuges pour convoyer des militants à la cérémonie. Autant dire que l’UGN est infiltrée par GPS. L’un des indices palpables a été la diffusion de l’audio par Chris Yapi.

Union morte née

En attendant les clarifications que ne manqueront pas de faire les initiateurs devant le Président Alassane Ouattara qui les a laissé faire sans leur apporter de caution ferme ; l’UGN semble mal partie. Ce mardi, Abou Gbané, accompagné du secrétaire général de l’UGN, Maître Fofana Brahima et de Docteur Kaba Ibrahim, a eu une séance de travail avec Kafana, à son cabinet. Une information qui a encore fuité pour se retrouver encore chez des proches du président du GPS.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Journée don de sang au CHU de Bouaké

Une union morte née aussi du fait du parcours de son président. Abou Gbané est un illustre inconnu pour de nombreux militants du RHDP et ressortissants du Nord. Ce Malinké, né dans le Zanzan, avait été directeur de cabinet adjoint de la ministre Nialé Kaba, qui a dû s’en séparer, faute de rendements. Il a été par la suite nommé par Azoumana Moutayé quand celui-ci a été appelé au gouvernement.

Directeur de cabinet de ce dernier, il a encore été limogé, remplacé par Paul Marie Kossonou. Moutayé lui reprochait son manque de maitrise des dossiers, alors que le Premier ministre d’alors, Daniel Kablan Duncan mettait une forte pression sur son cabinet, pour obtenir des résultats palpables, dans l’exécution du PND. C’est donc un fonctionnaire qui n’a ni légitimité électorale, ni autorité professionnelle qui a été désigné pour le poste. Pourra-t-il tenir la barque face à toutes ces têtes fortes du Grand Nord ? Rien n’est moins sûr. En définitive, Kafana Koné n’a-t-il pas voulu refiler une patate chaude à un second couteau, juste pour donner l’impression que son initiative est allée jusqu’à son terme ?

 

Afriksoir

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here