Home Non catégorisé Côte d’Ivoire: les Forces spéciales déployées dans le nord, la raison

Côte d’Ivoire: les Forces spéciales déployées dans le nord, la raison

Côte d'Ivoire: les Forces spéciales déployées dans le nord, la raison
Côte d'Ivoire: les Forces spéciales déployées dans le nord, la raison

Ces deux dernières années, la Côte d’Ivoire est menacée par des attaques terroristes. Et pour sécuriser le nord ivoirien, les Forces spéciales ont été massivement déployées dans cette région du pays, rapporte Afrique-sur7.

En vue d’étendre leur zone d’influence plus au Sud, plus précisément dans les régions du Golf de Guinée, les djihadistes intensifient les initiatives. C’est dans cette dynamique que les terroristes ont mené des attaques sanglantes dans les localités de Kafolo, Téhini, Kamonokaha et Tougbo, pour ne citer que celles-là. Les principales victimes de ces attaque ont été jusque-là, les forces armées ivoiriennes.

Pour rallier des populations de certaines localités du septentrion ivoirien à leur cause, ces terroristes auraient même lancé un recrutement dans le nord ivoirien avec une moto et la somme de 500 000 FCFA.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Diabo, Amadou Koné lance une vaste campagne d'intensification de l'enrôlement CMU dans la région du Gbêkê

« Les djihadistes proposent de fortes sommes d’argent à leurs nouvelles recrues. Confrontés au manque d’emploi et à la précarité, beaucoup de jeunes peuvent trouver dans le terrorisme djihadiste un emploi rémunérateur », fait remarquer le CERAP (Centre de recherche et d’action pour la paix).

Et pour ne pas laisser ces terroristes gagner du terrain dans cette région du pays, comme c’est le cas dans la zone des trois frontières Mali, Burkina Faso et Niger, les autorités ivoiriennes ont déployé les Forces spéciales le long de la frontière nord. Elles travaillent en coalition avec l’armée du Mali et celle du Burkina Faso.

Lire aussi:   Cameroun : Manifestations de l'opposition à Douala, des blessés par balle, la police dément l'usage d'armes à feu

« À Tengrela, près de la frontière malienne, les ballets de véhicules militaires rythment désormais le quotidien des habitants », rapporte TV5 Monde Afrique. « Les Ivoiriens peuvent être rassurés, les forces ont été accrues sur cette zone nord et tous les moyens de l’État sont mis à disposition pour sécuriser cette frontière nord », rassure pour sa part le Premier ministre Patrick Achi. Quoique la forêt de 11.000 km² du parc de la Comoé adjacente à la frontière burkinabè constitue une basse arrière aux groupes djihadistes d’Al-Qaida qui y maintiennent une certaine pression.

Lire aussi:   L’Union africaine suspend le Mali, la junte menacée de sanctions

Au cours de la rencontre des chefs d’état-major de la CEDEAO (Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest), vendredi 19 novembre dernier à Abidjan, la question du terrorisme a été évoquée afin que des opérations conjointes soient menées. Hormis ces actions militaires, le chef du gouvernement a affirmé qu’il faut d’abord empêcher les populations de s’associer à ce genre d’actes « totalement inacceptables » pour qu’on assiste pas à la situation que vit le Mali ou le Burkina Faso, deux pays frontaliers à la Côte d’Ivoire.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here