HomeInternationalVoici les dix pays africains les plus prospères en 2020 selon le...

Voici les dix pays africains les plus prospères en 2020 selon le think tank britannique legatum

Voici les dix pays africains les plus prospères en 2020 selon le think tank britannique legatum
Voici les dix pays africains les plus prospères en 2020 selon le think tank britannique legatum

Le Legatum Institute vient de publier son rapport pour l’année 2020. Tous les ans, le «Prosperity Index» jauge la prospérité des pays de la planète. Cette année encore, 167 pays (dont 53 pays africains) ont été passés au peigne fin, selon 12 critères. Voici les dix pays les plus prospères d’Afrique.

Le Legatum Institute, think tank dont le siège se trouve à Londres, vient de publier son 14e «Legatum Prosperity Index», dont le classement basé sur un indice qui permet de livrer un tableau exhaustif de la situation de prospérité de plusieurs pays du monde, en se basant sur des critères multidimensionnels: institutionnels, économiques, sociaux, etc.

Pour cette édition 2020, les analystes du Legatum Institute ont passé au crible 167 pays regroupant 99,4% de la population mondiale, dont 53 pays africains.

Pour l’ensemble de ces pays, les analystes du think tank londonien ont établi leur classement en matière de prospérité des Etats en se basant sur 12 piliers de prospérité: « sécurité & sûreté », « liberté individuelle », « gouvernance », « capital social », « environnement d’investissement », « conditions d’entrepreneuriat », « accès au marché », « infrastructure & qualité économique », « conditions de vie », « santé », « éducation et environnement naturel ».

En tout, ce sont 294 sous-indicateurs, regroupés en 65 éléments, qui ont été utilisés pour mesurer la prospérité des pays classés dans le Prosperity Index 2020. Pour chaque pilier, chaque pays est classé du 1er au 167e rang, par rapport aux autres pays étudiés.

Lire aussi:   Effets collatéraux du Putsch malien au Sénégal: "Les ingrédients sont là... tout ce qui est reproché à IBK est reproché à Macky" (Experts)

«L’indice de cette année révèle qu’avant la pandémie de coronavirus, la prospérité mondiale atteignait un niveau record, 147 pays sur 167 ont vu leur prospérité augmenter au cours de la dernière décennie», ont souligné les rédacteurs du rapport, expliquant cela par les avancées en matière de santé, d’éducation et d’amélioration des conditions de vie.

Comme pour les précédentes éditions publiées par le think tank, une fois encore, ce classement des pays les plus prospères est dominé par les pays nordiques: le Danemark, la Norvège, la Suisse, la Suède et la Finlande trustent les cinq premières places de ce classement.

Le premier pays africain de ce classement occupe le 44e rang mondial. En tout, neuf pays du continent figurent dans le Top 100 des pays les plus prospères, selon les calculs du think tank britannique. Si on retrouve quasiment les mêmes pays dans ce classement que l’an dernier, et que l’île Maurice maintient un rang identique à celui de 2019, certains pays ont perdu des places dans ce nouveau classement.

Comme l’an dernier, on retrouve les mêmes pays dans le Top 5, mais sous un ordre un peu différent. En Afrique, c’est toujours l’île Maurice qui occupe le premier rang des pays les plus prospères du continent, en maintenant son rang de 44e mondial.

Lire aussi:   Bilan de l'année 2020 : Nathalie Yamb a encore frappé

L’île doit ce rang enviable à ses bonnes performances sur plusieurs critères: « environnement de l’investissement » (33e rang mondial pour ce critère), « gouvernance » (37e), « libertés individuelles » (37e), « capital social » (38e), « sécurité & sûreté » (41e) et « environnement des affaires » (43e). Le pays affiche cependant des retards dans un certain nombre de critères, dont l’ »éducation » (67e) et l' »environnement naturel » (113e).

Concernant les îles Seychelles, même si elles ont gardé le second rang pour l’Afrique, elles ont perdu trois places au niveau mondial pour se retrouver au 51e rang des pays étudiés pr le think tank.

L’archipel affiche de bonnes performances sur la « santé » (38e), le « capital social » (46e), la « gouvernance » (52e) et l’ »environnement des affaires » (52e).

A l’opposé, le pays est appelé à faire des efforts sur ces critères: les « conditions de vie » (70e), l' »environnement naturel » (70e) et l' »éducation » (71e).

En réalisant un gain de deux places, le Cap Vert améliore son rang, en devenant le 3e pays le plus prospère d’Afrique et occupe désormais le 75e rang mondial, alors que le Botswana, pays réputé pour sa bonne gouvernance, a beaucoup chuté dans ce classement en perdant 7 places pour se situer au 82e rang mondial et 4e en Afrique.

L’Afrique du Sud conserve son 5e rang africain mais perd 4 places au niveau mondial. Depuis 2009, le pays a perdu 19 places dans ce classement mondial, à cause de la détérioration de la situation économique du pays et des impacts de cette situation dans les domaines de la santé, de l’éducation et surtout de la sécurité.

Lire aussi:   Dakar : une pétition pour faire construire un parc

Pour le dernier classement, l’Afrique du Sud réalise de bonnes performances en ce qui concerne les critères des « libertés individuelles » (38e), la « gouvernance » (48e) et le « capital social » (59e). Toutefois, la prospérité du pays est affectée par plusieurs autres facteurs dont les « conditions de vie » (107e), l’ »éducation » (108e), la « santé » (130e), la « sécurité & sûreté » (138e) et l’ »environnement naturel » (146e).

En plus de ce Top 5, le Top 10 des pays africains les plus prospères du continent est complété par la Namibie (88e), le Maroc (96e), la Tunisie (99e), le Ghana (100e) et la Rwanda (104e).

Rang AfriquePaysRang mondial
1erMaurice44e
2eSeychelles51e
3eCap Vert75e
4eBotswana82e
5eAfrique du Sud87e
6eNamibie88e
7eMaroc96e
8eTunisie99e
9eGhana100e
10eRwanda104e

Le Maroc a gagné 4 places en cette année 2020, passant du 100e au 96e rang mondial. Le Royaume réalise son meilleur score au niveau du critère de l’accès à son « marché & infrastructures » (58mondial), de l' »environnement des affaires » (61e) et l' »environnement de l’investissement » (65e).

Toutefois, le Maroc affiche encore des faiblesses sur les critères des « libertés individuelles » (119e), de « éducation et environnement naturel » (126e) et du « capital social » (164e).