HomeInternationalUSA: L’assaut de Donald Trump sur les urnes en passe d’échouer en...

USA: L’assaut de Donald Trump sur les urnes en passe d’échouer en Géorgie

USA: L'assaut de Donald Trump sur les urnes en passe d'échouer en Géorgie
USA: L'assaut de Donald Trump sur les urnes en passe d'échouer en Géorgie

Dans cet Etat où le résultat des urnes est contesté par le camp Trump, le recomptage manuel des bulletins doit finalement s’achever jeudi. Des erreurs ont été corrigées, mais la victoire de Joe Biden ne serait pas remise en cause

Encore quelques heures de suspense… pour un résultat conforme au premier dépouillement des suffrages. En Géorgie, cet Etat dirigé par un gouverneur et une ministre de l’intérieur républicains, où Donald Trump affirme s’être fait «voler» la victoire par Joe Biden grâce à des fraudes sur les bulletins par correspondance – de même qu’en Pennsylvanie, l’autre front judiciaire le plus fourni -, le recomptage manuel des cinq millions de bulletins entrepris depuis le 13 novembre devrait s’achever ce jeudi par une confirmation de la victoire du président-élu. Le candidat démocrate avait, selon le premier décompte, remporté la Géorgie et ses seize grands électeurs avec 14 000 voix d’avance (là où Donald Trump avait gagné en 2016 avec environ 130 000 voix d’écart). Son avance pourrait être légèrement réduite après la découverte d’environ 3000 bulletins non décomptés, mais sans impact sur l’issue finale.

Preuve de la pression exercée par les avocats du locataire de la Maison-Blanche, et des précautions déployées par l’administration dans les 159 comptés de cet Etat sudiste fort de seize grands électeurs, l’audit et la proclamation des résultats définitifs, dont l’annonce devait légalement intervenir au plus tard mercredi soir à minuit, ont été retardé de douze heures. La fin du feuilleton électoral géorgien devrait donc intervenir jeudi à midi heure locale (18 heures en Suisse). L’Etat doit ensuite «certifier» ces résultats au plus tard vendredi.

Lire aussi:   États-Unis: Scranton, ville de naissance de Biden, résistera-t-elle encore à Trump?

La principale nouvelle de ce recomptage a été la découverte d’environ 6 000 bulletins (sur cinq millions) mal enregistrés dans le système informatique de trois comtés sur 159. Une partie d’entre eux avaient toutefois bien été dépouillés. Ils vont donc être désormais agrégés aux résultats définitifs. La loi électorale géorgienne imposait le recomptage en raison du faible écart entre les deux candidats à la présidence. Un troisième recomptage (automatique cette fois) y est même théoriquement possible.

Une autre spécificité de cet Etat, décisive pour le rapport de force politique à venir à Washington, est la tenue, le 5 janvier, d’un second tour pour élire les deux sénateurs qui représentent la Géorgie au Congrès. Or les deux sièges, actuellement détenus par des républicains, sont essentiels pour que le parti de Donald Trump garde sa très courte majorité au Sénat (50 contre 48 pour les démocrates).

Lire aussi:   Etats-Unis: Mandat d'arrêt contre Donald Trump

Les résultats de recours attendus

Si le second décompte en Géorgie confirme, comme on s’y attend, la victoire de Joe Biden – crédité pour l’heure de 306 grands électeurs contre 232 pour Trump – le combat juridique mené par le président sortant ne sera pas pour autant terminé. Même si la plupart de leurs plaintes ont été déboutées dans les six Etats-clés de ce scrutin – Georgie, Pennsylvanie, Arizona, Nevada, Michigan et Wisconsin – les avocats de Donald Trump emmenés par l’ancien maire de New York, Rudy Giuliani, espèrent encore bloquer la certification de ceux-ci, puis leur envoi à la Commission fédérale des élections. Cette certification, dont la date varie selon les 51 Etats américains (près des deux tiers l’ont déjà fait), est l’ultime validation du scrutin présidentiel du 3 novembre. Elle permet d’enclencher le processus de désignation du nouveau président par les 538 grands électeurs (Collège électoral) nommés par chaque Etat, plus le district de Columbia (la ville de Washington). Les grands électeurs doivent être nommés avant le 8 décembre et leur vote intervient le 14 décembre.

Les avocats du camp Trump espèrent encore qu’une de leurs dernières plaintes sera prise en compte dans les heures prochaines par la juridiction d’un Etat, entraînant le report de cette certification et un blocage national, puisque l’ensemble des résultats doit être compilé, avant de passer à l’étape des grands électeurs. En Pennsylvanie, une nouvelle audience de la Cour suprême d’Harrisburg, la capitale, est prévue ce jeudi. Un comité de responsables électoraux d’une trentaine d’Etats a publié cette semaine un communiqué affirmant que le scrutin du 3 novembre était «le plus sûr de l’histoire américaine».

Lire aussi:   Joe Biden appelle à l'unité et promet d'être le président de "tous les Américains"

Une autre théorie défendue par les défenseurs du président sortant est que le collège électoral – composé des grands électeurs nommés dans chaque Etat par leurs partis respectifs avant le scrutin – pourrait «imploser» d’ici le 14 décembre, compte tenu des accusations de fraude émises par Trump. Une partie des républicains pourrait alors refuser de voter pour Joe Biden, même si leur Etat d’origine a été remporté par ce dernier. En 2016, sept grands électeurs ne respectèrent pas le choix majoritaire des électeurs de leur Etat. Cinq démocrates refusèrent de voter pour Hillary Clinton. Deux Républicains ne donnèrent pas leur voix à Trump. Au final, le président sortant l’emporta par 304 contre 227.