HomeInternationalUSA : Joe Biden prêt à discuter avec l’Iran et la Russie

USA : Joe Biden prêt à discuter avec l’Iran et la Russie

USA : Joe Biden prêt à discuter avec l’Iran et la Russie
USA : Joe Biden prêt à discuter avec l’Iran et la Russie

A quelques jours de son entrée en fonction, le président élu des Etats-Unis fait savoir par le canal de son futur conseillerà la sécurité nationale qu’il pourrait négocier avec la République Islamique d’Iran ainsi que la Russie. L’information a été annoncée par celui qui deviendra à 44 ans le plus jeune conseiller à la sécurité nationale.

A la faveur d’une interview qu’il a accordée à la chaîne de télévision CNN, Jake Sullivan indique que les Etats-Unis discuteront avec la Russie de l’extension du traité New Start qui traite de la réduction des armements stratégiques.

Lire aussi:   Erdogan accuse les Etats-Unis, la Russie et la France d'armer l'Arménie

« En pleine guerre froide, alors que nous avions des milliers d’ogives disposées les unes contre les autres, lorsque nos deux dirigeants parlaient en termes existentiels de la concurrence avec l’autre, il y avait des domaines de coopération, notamment en matière de contrôle des armements et de non-prolifération nucléaire. », a déclaré dans un premier temps le prochain conseiller à la sécurité nationale au média américain.

Une condition pour négocier avec l’Iran

« Aujourd’hui, je suis convaincu que les États-Unis et la Russie peuvent agir dans leurs intérêts nationaux pour faire avancer le contrôle des armements et la stabilité stratégique », a-t-il poursuivi au sujet de la Russie. Par rapport à la République Islamique d’Iran, il fait remarquer qu’il y aurait une « négociation de suivi » sur ses capacités de missiles. Mais la seule condition est que Téhéran se conforme à nouveau à l’accord sur le Nucléaire Iranien. Rappelons que l’Accord a pris un coup depuis que Donald Trump a décidé de retirer son pays et de rétablir les sanctions économiques contre l’Iran.

Lire aussi:   Accusé de racisme après avoir associé « Singe » et « Nègres », Nicolas Sarkozy réagit