Home International Urgent Tanzanie : La Cour africaine dit Non à la nouvelle CEI...

Urgent Tanzanie : La Cour africaine dit Non à la nouvelle CEI de Ouattara et donne raison au PDCI

Urgent Tanzanie : La Cour africaine dit Non à la nouvelle CEI de Ouattara et donne raison au PDCI
Urgent Tanzanie : La Cour africaine dit Non à la nouvelle CEI de Ouattara et donne raison au PDCI

La Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) vient de rendre son verdict dans l’affaire de la Commission électorale indépendante (CEI), ce mercredi 15 juillet 2020 à Arusha, en Tanzanie. Elle donne raison au Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) d’Henri Konan Bédié.

A l’issue de la réforme de la CEI, par le Président Alassane Ouattara, le PDCI avait saisi la CADHP, après que le Conseil constitutionnel eut débouté trois groupes parlementaires qui l’avaient saisi avant la promulgation de la loi. Le verdict du fond, attendu depuis des mois, est donc tombé.

Lire aussi:   People : Les ruptures de stars qui ont secoué l’année 2019

Le jugement a été rendu au cours d’une visioconférence des juges, dirigée par le le juge tunisien Rafaa Ben Zchour, à la place du président de la Cour, l’Ivoirien Sylvain Oré. Signalons que celui-ci, en vertu du conflit d’intérêt et conformément aux textes de la CADHP n’a pas siégé, lors des délibérations sur la CEI. Le jugement s’est donc imposé à lui. Il avait présidé les deux premiers jugements. En définitive, la Cour a estimé que le gouvernement ivoirien « a violé son engagement à respecter » la première ordonnance qui lui enjoignait de mettre en place un organe véritablement indépendant et donne trois mois à l’Etat, pour se conformer à ses engagements.

Lire aussi:   Déclaration du parti communiste révolutionnaire: « La France et la crise politique actuelle en Côte d’Ivoire »

Ce jugement de la Cour africaine tombe à un moment d’incertitude politique en Côte d’Ivoire. Avec le décès du Premier ministre et candidat du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP de Ouattara) Amadou Gon Coulibaly et la démission du vice-président Daniel Kablan Duncan. Alors que le scrutin est théoriquement prévu pour le 31 octobre 2020, la CEI devrait ouvrir, le 16 juillet, le début du recueil, par les potentiels candidats, des parrainages.

Lire aussi:   Côte-d’Ivoire: Pourquoi Kamagaté Youssouf et Soumaïla Yéo échappent-ils toujours à Adou Richard (procureur)

Que va faire Ouattara ? Telle est la grande question. Son gouvernement n’avait pas reconnu le dernier jugement enjoignant les autorités à libérer les prisonniers politiques, dont des élus, proches de Guillaume Soro, pour cause de diverses violations de leurs droits. Il s’était toutefois félicité, quelques mois plus tôt, d’un jugement de forme, rendu en défaveur du PDCI, sur la même affaire de la CEI.

Source: afriksoir

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here