HomeInternationalUne main étrangère dans l’assassinat d’Idriss Déby

Une main étrangère dans l’assassinat d’Idriss Déby

Une main étrangère dans l’assassinat d’Idriss Déby
Une main étrangère dans l’assassinat d’Idriss Déby

Le groupe armé du FACT, à l’origine de la mort du président du Tchad, s’est développé en Libye, à l’ombre du maréchal Haftar et des mercenaires russes de Wagner. Les Russes seraient-ils impliqués dans la disparition violente du président tchadien? À moins qu’il ne s’agisse des Français?

Le porte-parole de l’armée tchadienne a officialisé hier mardi 20 Avril 2021 la mort du maréchal Idriss Déby Itno (IDI) qui venait à peine de se faire réélire pour un sixième mandat. Alors qu’il s’était rendu en véhicule Toyota blindé sur le front pour combattre les rebelles du Front pour l’Alternance et la Concorde au Tchad (FACT), Idriss Déby aurait été blessé dimanche 18 Avril 2021 « en défendant l’intégrité territoriale sur le champ de bataille » selon les termes de l’armée tchadienne et aurait par la suite succombé à ses blessures le lundi 19 Avril 2021.  

Dans la lettre du Groupe d’experts sur la Libye au Conseil de sécurité publiée en mars 2021, on peut lire que le FACT, dirigé par Mahdi Ali Mahamat, était présent dans le sud de la Libye y protégeant les installations militaires des forces affiliées à Haftar et certaines installations pétrolières. Le Groupe d’experts a par ailleurs établi que des Syriens affiliés aux forces de Haftar opéraient aux côtés de la société militaire privée ChVK Wagner. Il n’en fallait pas plus pour que certains pointent alors l’ombre des mercenaires du Groupe Wagner dans la mort de Idriss Déby Itno, aux côtés du mouvement rebelle FACT. La Russie pleinement engagée chez le voisin centrafricain apparaît donc comme un coupable idéal, tout désigné pour avoir appuyé les assassins de ce partenaire militaire de la France en Afrique Centrale et au Sahel.

Un étrange tir mortel depuis un aéronef

Peu après l’annonce de son décès, le journal Jeune Afrique a publié le mardi 20 Avril au soit un article retraçant « les dernières heures du président-maréchal tchadien. » On peut notamment lire dans cet article que Idriss Déby « a été blessé d’une balle dans la poitrine qui aurait touché le rein ». Sans être médecin ni spécialiste en anatomie, on peut déduire que pour entrer par la poitrine et toucher le rein (au bas du dos), la balle qui a mortellement touché Déby provient d’un tir effectué en altitude depuis un aéronef.  

Lire aussi:   Bloléquin : Meurtre rituel d’un jeune Guéré/ De graves révélations sur la mort du jeune...Il a été saoulé et drogué avant d’être tué.

Cet article de Jeune Afrique souligne aussi que l’aviation française était présente sur le théâtre d’opérations ce que collaborait Mahamat Mahadi Ali le chef du FACT sur RFI le lundi 19 Avril 2021. (« L’aviation française nous survolait jour et nuit. (…) Ils ont toutes les informations, les déplacements, la nature des armes, le nombre des hommes, le nombre de véhicules. Si ce n’est pas un avantage, qu’est-ce qu’un avantage alors ? C’est une intervention directe. »). Parmi les premiers éléments qui ont donc pu filtrer sur les circonstances du décès de IDI, on peut aussi noter qu’à aucun moment, ni l’armée tchadienne ni l’armée française n’ont évoqué de combattants russes, ni mentionné l’implication ChVK Wagner sur le terrain aux côtés du FACT. Si, cela avait été le cas, on voit mal pourquoi l’armée française qui survolait cette zone de la localité Mao au nord de Ndjamena se serait privée de le dénoncer.  

Qui est donc à l’origine de ce tir qui a priori provenait des airs si ce n’est ni celui-ci ne provenait pas des éléments des FACT (qui ne disposaient pas de moyens aériens), ni d’éléments ChVK Wagner (qui n’étaient a priori pas sur place) ?  

On peut aussi se demander comment le maréchal Déby a pu être mortellement blessé alors que celui-ci se déplaçait dans un véhicule Toyota blindé ? Est-il sorti de son véhicule, ce qui suppose qu’il ait été abattu dans un environnement relativement calme, hors de toute zone de combat ? Ou bien a-t-il été touché dans son véhicule par un tir spécial capable de percer le blindage de son véhicule ? Enfin, pourquoi diantre Déby est-il le seul haut gradé tchadien de cette équipée à être revenu mort à Ndjamena ?  

Lire aussi:   Clara Morgane retrouve ses copines pour un apéro très arrosé !

Difficile de croire que Paris avait un mobile pour supprimer cet allié essentiel dans le cadre notamment l’opération Barkhane au Sahel, et pourtant. Ces éléments factuels sont tellement troublants qu’ils poussent à s’interroger sur une autre hypothèse impliquant l’armée française dans la « disparition » du Président Tchadien.

Arrières pensées françaises

Rappelons que la France dispose à Ndjamena d’une base aérienne qui accueille le quartier général de la force Barkhane, qui mobilise près de 4 000 soldats français mobilisés pour des actions au Tchad, au Niger, au Burkina-Faso, en Mauritanie et surtout au Mali. Comment, dans ces conditions, la France pu laisser s’approcher cette rébellion du FACT à quelques centaines de kilomètres de la capitale Ndjamena de son partenaire historique dans cette lutte dite stratégique contre le djihadisme en Afrique ?  

Idriss Déby avait pu ces derniers temps agacer la France de quelque manière que ce soit ? Certains à Paris ont-ils eu peur que le Tchad ne bascule trop vers Moscou ? Alors que la Russie semble s’implanter durablement en Centrafrique, au Soudan, en Libye et dans d’autres pays du continent, la France aurait-elle pu souhaiter l’avènement d’un dirigeant tchadien plus malléable pour résister aux volontés d’expansion russes en Afrique ?

Force est de constater en tous cas que les relations entre le Tchad et la Russie s’était quelques peu réchauffées ces dernières années sur fond d’opération séduction de Moscou pour se rapprocher des autorités tchadiennes. On peut par exemple se souvenir qu’en mars 2018, une délégation d’hommes d’affaires russes s’était rendue à N’Djamena, annonçant 7,5 milliards d’euros d’investissement, portant notamment sur la construction d’un aéroport international, d’une raffinerie de pétrole, d’une centrale électrique à énergie solaire et de la reconstruction du système d’alimentation électrique. En Octobre 2019, Déby s’était rendu au premier Sommet Russie-Afrique organisé à Sotchi et avait déclaré que « le soutien de la Fédération de Russie est vital pour renforcer la stabilité?? régionale. L’appui en formation et en équipement militaire, le partage de renseignement et d’expérience avec les forces africaines engagées sur ce front seront d’une grande utilité??. » Nous pouvons aussi noter qu’en Novembre 2020, le Tchad et la Russie avaient entamé des discussions en vue d’un accord de coopération judiciaire afin de consolider et de diversifier davantage les relations bilatérales entre les deux pays.  

Lire aussi:   Tchad: annoncé mort, toute la vérité sur le fils d'Idriss Déby

Entre fin Décembre 2020 et le mois de Février 2021, la République Centrafricaine et l’ambassade de Russie à Bangui ont largement communiqué autour d’un appui qu’aurait apporté le Tchad à la coalition rebelle de la Coalition des patriotes pour le changement. Certains à Bangui estiment que la France a sollicité? le Président Déby pour soutenir la CPC dans le but de mettre un terme à la présence russe en Centrafrique. Le 29 mars 2021, dans une conférence de presse tenue à Bangui le, l’ambassadeur russe en Russie Vladimir Titorenko a même affirmé que « malheureusement, le gouvernement du Tchad n’est pas capable ou peut-être ne veut pas aider le gouvernement centrafricain à sécuriser de son côté? la zone frontière où il y a beaucoup de mercenaires, où il y a les routes par lesquelles passent les armes et les personnes pour gonfler les rangs des combattants rebelles ».  

Alors que l’élection présidentielle tchadienne avait lieu le 11 avril 2021, le Président Déby avait certainement affaire plus pressante à gérer dans son propre pays que de s’immiscer dans les affaires intérieures de la RCA. Est-il possible que celui-ci ait trop tardé ou trainé les pieds pour exécuter les plans de Paris en Centrafrique pays dans lequel il ne souhaitait plus vraiment s’ingérer ?  

Autant d’éléments d’analyse qui forcent les observateurs à s’interroger sur la disparition subite et suspecte à bien des égards du Président IDI…

source: mon afrique