Home International Transition au Mali: l’UA maintient sa position

Transition au Mali: l’UA maintient sa position

Transition au Mali: l’UA maintient sa position
Transition au Mali: l’UA maintient sa position

La question de transition au Mali continue d’alimenter la toile, et intéresse les organisations sous-régionale, continentale voire internationale. Tout comme la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union Africaine (UA) est campée sur sa position. Cette dernière exige aussi une transition dirigée par un civil.

Après le sommet extraordinaire tenu mardi 15 septembre 2020 par la CEDEAO, le Conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine s’est réuni via visioconférence, et c’est la transition au Mali qui a été au menu de cette concertation.

A en croire le président du Conseil paix et sécurité de l’Union africaine, Ismaël Chergui, il faut qu’il y ait une « transition rapide menée par un civil » au Mali et un « retour à l’ordre constitutionnel ». Ceci montre clairement que l’UA maintient sa position vis-à-vis de la République malien, celle qui demande la gestion du Mali par un civil et non un militaire puisque l’organisation continentale avait, au lendemain de la mutinerie qui a abouti au coup d’Etat du président IBK, et ce le 19 août dernier, suspendu le pays de l’organisation.

Lire aussi:   Bras de fer Fécafoot-LFPC : Le gouvernement met le Général Pierre Semengue entre parenthèses

Selon un diplomate africain, « il s’agit de ne pas laisser penser qu’un coup d’État est une méthode acceptable. Les chefs d’Etat ont peur de la contagion », ce qui expliquerait « leur mobilisation extraordinaire ».

A en croire une source de l’Union Africaine, « nous nous interrogeons » sur les mesures à prendre en cas de refus de la part de la junte. Mais se basant sur les propos des militaires de la junte dénonçant un « embargo total » de la Cédéao, cette source de l’UA laisse entendre que les militaires ont voulu « préparer le terrain pour in fine se ranger derrière les exigences » de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest. Pour cette source, les militaires vont devoir se décider avant mardi prochain, le nouveau délai fixé par la Cédéao pour faire le point avant une nouvelle visite à Bamako du médiateur Goodluck Jonathan, attendu en début de semaine.

Lire aussi:   DJ Arafat : Emma Lohouès traitée d’hypocrite envers le Daishi

Il importe de souligner que toujours au cours de cette conférence de l’UA, l’instance n’a pas manqué de dire sa satisfaction du fait que le président déchu, IBK, a été libéré. Toutefois, elle demande à la junte militaire malienne de libérer les autres personnalités.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here