Home International Transition au Mali: Assimi Goïta tient tête à la CEDEAO

Transition au Mali: Assimi Goïta tient tête à la CEDEAO

Transition au Mali: Assimi Goïta tient tête à la CEDEAO
Transition au Mali: Assimi Goïta tient tête à la CEDEAO

Le délai fixé par la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour le processus de la transition politique au Mali sera prolongé, selon le chef de la diplomatie malienne, Abdoulaye Diop. En visite à Moscou, il a confirmé lors de sa conférence de presse avec son homologue russe, Sergueï Lavrov, que Bamako ne pourra malheureusement pas respecter la date butoir du 27 février.

En sommet extraordinaire à Accra, au Ghana, le dimanche 7 novembre 2021, les chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de la CEDEAO ont indiqué dans leur communiqué final, avoir reçu un courrier des autorités maliennes, dans lequel, elles ont exprimé leur volonté de reporter l’élection présidentielle du pays. Mais la réponse de la CEDEAO a été sans appel. L’organisation sous-régionale s’est foncièrement opposée à tout report de la présidentielle, insistant sur le fait qu’elle ne tolérerait en aucun cas, un décalage du calendrier de la transition.

Lire aussi:   Certificat de décès de Sankara: les révélations du médecin Diébré

« Quelques heures après l’annonce des décisions prises par la CEDEAO, le Mali a produit un communiqué dans lequel il dit regretter les dites décisions qui ne concourent pas à l’intérêt du pays. « En ce qui concerne le Mali, le Gouvernement regrette les décisions prises lors de ce sommet qui ne tiennent pas suffisamment compte des aspirations profondes du peuple malien et des efforts déployés au quotidien par les autorités de la transition pour relever les défis multiformes auxquels le pays est confronté et pour une stabilité durable ».

Le Mali ne compte donc pas marcher sur le chemin tracé par la CEDEAO. Le pays sahélien ne se voit pas organiser l’élection dans le délai fixé par l’organisation sous-régionale: « Cette transition politique était censée s’achever le 27 février, malheureusement cela ne sera pas possible….», a confirmé le ministre malien des Affaires Étrangères Abdoulaye Diop, lors de sa conférence avec son homologue russe Sergueï Lavrov à Moscou. Reste à savoir l’attitude qu’adopterait la CEDEAO face au caractère intransigeant des autorités maliennes auxquelles, elle a déjà infligé des sanctions individuelles.

BWT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here