Home International Scandale des Pandora Papers : le président Uhuru Kenyatta cherche un bouc...

Scandale des Pandora Papers : le président Uhuru Kenyatta cherche un bouc émissaire

Scandale des Pandora Papers : le président Uhuru Kenyatta cherche un bouc émissaire
Scandale des Pandora Papers : le président Uhuru Kenyatta cherche un bouc émissaire

Cité dans le rapport du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) publié le 03 octobre 2021, l’accusant de dissimuler des biens matériels ou financiers dans des paradis fiscaux, le président Uhuru Kenyatta, hors du pays depuis l’avènement de ces comptes rendus pour le moins honorable pour son titre en sa qualité de garant de la citoyenneté et des institutions tente vainement de relativiser son cas.

Pour rappel, Plusieurs noms de personnalités politiques et médiatiques sont ressortis des Pandora Papers le 03 octobre 2021 notamment le Président Uhuru Kenyatta qui aurait à son actif une fondation et des sociétés offshore au Panama, Toujours selon le leak, des membres de sa famille détiendraient plus de 30 millions de dollars dans des comptes offshores. Homme d’État et personnalité iconique de la scène politique kényane, Uhuru Kenyatta est président du Kenya depuis 2013. Il avait affirmé de nombreuses fois combattre la corruption dans son pays.

Lire aussi:   Nouveau beau-père de Neymar: Révélation choquante sur ses liaisons amoureuses

Chanceux ou prévoyant, le Président Uhuru est sorti du pays au lendemain de l’éclatement de ce scandale doit ce moment de répit à son agenda bien garni qui le tient momentanément éloigné de tous retentissements liés à l’affaire, ci-joint un extrait de l’alerte de Africa Intelligence au sujet ses déplacements à l’extérieur depuis l’avènement de l’affaire : « L’agenda diplomatique du chef de l’Etat kenyan lui a, à ce jour, permis de se sortir d’un mauvais pas à peu de frais : au lendemain des révélations du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) sur ses sociétés offshore, Uhuru Kenyatta s’est envolé pour Addis-Abeba pour assister à l’investiture pour un nouveau mandat du premier ministre Abiy Ahmed Ali, avec lequel il tente d’améliorer ses relations, le 5 octobre, le président kenyan s’est rendu à la Barbade, à l’occasion de la 15è session de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), dont il a transmis la présidence à la première ministre de l’Etat caribéen, Mia Amor Mottley »

Lire aussi:   Covid-19 : comment le Rwanda a-t-il maîtrisé l'épidémie ?

Tentative risquée du Président kenyan

« Depuis la publication du détail de ses sociétés offshores par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), le président Uhuru Kenyatta passe son temps au téléphone pour tenter de convaincre les ténors de la politique kenyane de révéler, à leur tour, leurs holdings dans des paradis fiscaux. Sans grand succès à ce jour », extrait de l’alerte de Africa Intelligence publiée le 07 octobre 2021.

Lire aussi:   Namibie : deux ex-ministres devant la justice pour corruption

En effet, de peur d’être la seule cible des populations qui n’attendent que son retour pour réclamer des explications sur ses entreprises opaques, le Président Uhuru cherchait également à mettre de son côté des personnalités kényanes impliquées dans cette affaire afin de mieux se défendre.

Voici sa stratégie, il a demandé à tous ses alliés politiques et ses partenaires financiers de le soutenir en déclarant leurs sociétés offshores, il a contacté des proches, des ministres sans oublier son potentiel successeur au prochaines élections présidentielle mais jusque-là, il se retrouve seul dans sa situation, en clair personne ne veut se salir pour lui.

Source: afriksoir

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here