Home International Sahel: les terroristes utilisent des armes en provenance de la France et...

Sahel: les terroristes utilisent des armes en provenance de la France et de la Serbie

Sahel: les terroristes utilisent des armes en provenance de la France et de la Serbie
Sahel: les terroristes utilisent des armes en provenance de la France et de la Serbie

Selon une étude publiée par l’ONG Amnesty International, lundi, les terroristes utilisent au Sahel, des armes de fabrication européenne, notamment serbe.

Depuis 2011, le Mali est confronté à une insurrection menée par divers groupes armés, parmi lesquels l’État islamique au Grand Sahara (EIGS) et le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), affilié à Al Qaïda. Le conflit a gagné le Burkina Faso et le Niger. Les groupes armés mènent de multiples attaques contre les civils et la région sombre rapidement dans une crise humanitaire. La Serbie, la République tchèque, la France et la Slovaquie ont ratifié le Traité sur le commerce des armes (TCA), qui interdit tout transfert d’armes s’il existe un risque qu’elles servent à commettre ou faciliter des violations des droits humains.

Mais des experts en armements d’Amnesty International ont identifié des armes de fabrication serbe dans des vidéos publiées par des groupes armés, opérant dans le Sahel, notamment un groupe affilié à l’État islamique, qui a revendiqué la mort de centaines de civils. Les nouveaux fusils, certains étant les modèles les plus récents qui existent, correspondent à des transactions entre la Serbie et le Burkina Faso, ce qui laisse à penser que ces armes ont été vendues récemment au gouvernement burkinabé avant de tomber entre les mains de groupes armés.

Lire aussi:   Nigeria : une étrange suie noire envahit la ville de Port Harcourt

L’analyse effectuée par Amnesty International, des données relatives aux transactions commerciales, montre aussi que la République tchèque, la France et la Slovaquie exportent de grandes quantités d’armes légères et de petit calibre aux gouvernements du Sahel depuis que cette région est le théâtre d’un conflit généralisé.

400 photos et vidéos analysées

Après une analyse d’Amnesty International de plus de 400 photos et vidéos diffusées par la branche sahélienne du groupe État islamique et par le Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (JNIM), la plupart des armes que l’on peut y voir sont de vieilles Kalachnikovs datant de l’ère soviétique, indique le document publié par Amnesty. « Amnesty a également identifié douze cas dans lesquels les combattants avaient des armes plus récentes fabriquées par une entreprise serbe, Zastava ».

A en croire Amnesty International, des milices locales d’auto-défense, Dan na Ambassagou au Mali ou les Volontaires pour la défense de la patrie (VDP) au Burkina Faso, font également usage « de vieilles Kalachnikovs datant de l’ère soviétique »« Des M70AB2, des M92 et des M05. Ce sont des fusils mitrailleurs qui sont assez présents dans les arsenaux des groupes armés, que ce soit les groupes extrémistes violents ou bien les groupes d’auto-défense. C’est pour cela que cette entreprise a été signalée en particulier », dixit Ousmane Diallo, chercheur spécialisé sur le Sahel à Amnesty International.

Lire aussi:   Législatives en Gambie: premier scrutin post-Jammeh, affluence timide

La France, la Slovaquie et la République tchèque « exportent aussi des armes au Sahel », a précisé Amnesty international. Elle appelle ces pays, mais aussi les gouvernements sahéliens qui reçoivent ces armes, à mieux contrôler leur utilisation. « S’il s’est avéré impossible de retracer précisément la chaîne de responsabilité, il est fort probable que ces armes aient été détournées vers des groupes armés, soit par des canaux illicites soit par des prises sur les sites des affrontements ».

BWT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here