Home International Présidentielle américaine. « Les sondages ont tout faux » : ils votent...

Présidentielle américaine. « Les sondages ont tout faux » : ils votent Trump et en sont fiers

Présidentielle américaine. « Les sondages ont tout faux » : ils votent Trump et en sont fiers
Présidentielle américaine. « Les sondages ont tout faux » : ils votent Trump et en sont fiers

Ils s’appellent Daryl ou Jennifer, vivent en Pennsylvanie ou dans le Michigan. Point commun : ils assument leur choix en faveur de l’actuel président des États-Unis pour un 2e mandat, le 3 novembre.

L’élection du prochain président des États-Unis se déroulera mardi 3 novembre, le premier mardi de novembre comme c’est la règle. Il s’agit de la 59e élection présidentielle depuis 1788. Le dernier débat entre les deux candidats, Donald Trump le républicain, président sortant, et Joe Biden le démocrate, s’est déroulé, jeudi, dans une plus grande sérénité que le premier, les deux candidats restant sur un pied d’égalité. Les sondages sur les intentions de vote donnent cependant Joe Biden gagnant depuis plusieurs semaines. La gestion du Covid-19 constitue l’un des thèmes majeurs de la campagne. Le vote par correspondance, qui s’annonce massif, pourrait aussi peser sur le résultat.

Sur la Cour suprême

Daryl Bernard, 55 ans, commercial dans le secteur médical, originaire du Maryland. Venu avec ses deux filles au meeting de Trump à Middletown. Il salue la nomination d’Amy Coney Barrett à la Cour suprême : « J’ai deux filles merveilleuses et la juge sera un excellent modèle pour elles. Elle a sept enfants dont certains de couleur différente, c’est quelqu’un qui a su jongler entre les différentes responsabilités à la maison et au travail. Elle a vraiment foi en notre Constitution et elle ne se laisse pas guider par les caprices politiques de la société. C’est cette même Constitution qui a fait en sorte que notre pays soit toujours là, plus de 240 ans après sa création. »

Lire aussi:   Un homme trouve environ 25 millions de F CFA dans un canapé acheté en occasion

Sur le Covid-19

Jennifer et Debra. | YONA HELAOUA, OUEST-FRANCE

Jennifer et Debra, la quarantaine (elles ne veulent pas donner leur âge ni leur nom de famille), croisées au meeting de Trump à Middletown, en Pennsylvanie. Habitent dans le comté d’Union. Elles parlent de la gestion de la pandémie par Trump.

Jennifer : « Au début, les gens ont dit qu’il était xénophobe, raciste, car il a essayé de restreindre les voyages très tôt, avant que le virus ne se propage, avant qu’on comprenne de quoi il s’agissait et avant qu’il existe le moindre traitement. Donc je pense qu’il a fait du mieux qu’il pouvait. Et j’apprécie le fait qu’il n’ait essayé de ne pas susciter la panique dans le public. Cela aurait été la pire des choses à faire. Nous avons eu une pénurie de papier toilette, et pas pour une épidémie de gastro-entérite ! Vous imaginez s’il n’avait pas calmé le jeu ? »

Lire aussi:   Côte d’Ivoire : Nestlé s’attaque aux préjugés sur ses produits

Sur Joe Biden et les démocrates

Rose Friend. | YONA HELAOUA, OUEST-FRANCE

Rose Friend, 83 ans, retraitée du comté de Washington, en Pennsylvanie. « Je n’aime pas la direction que prend Biden, avec Kamala Harris et tout ce socialisme… Ils veulent nous enlever nos armes à feu, et moi des armes à feu, j’en ai plein ! D’après des dernières nouvelles que j’ai lues sur mon ordinateur, ils sont contre beaucoup de religions et d’églises. Ils sont très pro avortement, or c’est un sujet sensible pour moi. Il ne faut pas tuer les bébés. Joe Biden, je suis désolée pour lui. Je crois que, vraiment, il ne sait pas de quoi il parle la plupart du temps. Je pense que quelqu’un lui dit quoi dire. »

Sur Black Lives Matter

Monte Bordner. | YONA HELAOUA, OUEST-FRANCE

Monte Bordner, 67 ans, éleveur de vaches à Sturgis, dans le Michigan. Les manifestations, les émeutes, les pillages… « Ça n’est pas comme ça qu’on règle les problèmes. Souvent ce sont des commerces tenus par des Noirs ou des immigrés qui sont venus ici pour travailler qui sont brûlés, comme à Minneapolis. Je ne comprends pas ce que le camp opposé retire de tout ça. J’ai ma petite idée. Ils veulent tellement que Trump s’en aille qu’ils sont prêts à faire n’importe quoi. »

Lire aussi:   Donald Trump prévient que s’il perd la présidentielle, c’est que les élections auront été « truquées »

Sur les sondages prédisant la défaite de Trump

Bob Price. | YONA HELAOUA, OUEST-FRANCE

Bob Price ingénieur retraité, ex-patron du comité républicain du comté de Barry, habitant de Delton, dans le Michigan. 67 ans. « Les sondages ont tout faux. Ils avaient tort il y a quatre ans, et ils ont encore tort aujourd’hui. La manière dont les questions sont structurées force les gens à dire ce que le sondeur veut qu’il dise. Moi, je ne réponds pas. Or, les sondages ne vous parlent que de ceux qui leur ont répondu. Je ne serais pas surpris si Donald Trump gagnait avec davantage d’avance que la dernière fois. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here