HomeInternationalPrésidentielle américaine : le prochain débat entre Donald Trump et Joe Biden...

Présidentielle américaine : le prochain débat entre Donald Trump et Joe Biden annulé

Présidentielle américaine : le prochain débat entre Donald Trump et Joe Biden annulé
Présidentielle américaine : le prochain débat entre Donald Trump et Joe Biden annulé

La commission chargée d’organiser ces confrontations a décidé de supprimer celle prévue le 15 octobre, après que Donald Trump a refusé d’envisager une rencontre virtuelle. Il reste un seul débat, le 22 octobre, avant le scrutin du 3 novembre.

Le deuxième débat entre Donald Trump et Joe Biden pour la présidentielle de novembre, initialement prévu jeudi 15 octobre, a été annulé, ainsi que l’a déclaré, vendredi 9 octobre, la commission indépendante chargée d’organiser ces confrontations.

Après l’annonce de l’infection au Covid-19 du président américain, la commission avait, pour des raisons sanitaires, transformé le format de ce débat – lequel devait se tenir à Miami (Floride) – en rencontre virtuelle. Une formule catégoriquement refusée par Donald Trump.

« Il est désormais évident qu’il n’y aura pas de débat le 15 octobre », a écrit la commission dans un communiqué, disant désormais « concentrer son attention sur les préparatifs pour le dernier débat présidentiel, prévu le 22 octobre » à Nashville (Tennessee).

« Honteux »

Le débat qui vient d’être annulé aurait normalement dû voir un panel d’électeurs poser directement leurs questions aux deux candidats – la précédente confrontation entre les deux hommes ainsi que celle au cours de laquelle leurs colistiers (la sénatrice de Californie Kamala Harris pour Joe Biden et le vice-président, Mike Pence, pour Donald Trump) s’étaient opposés ayant été animées par un unique modérateur.

Lire aussi:   France : un passager a tenté d’ouvrir la porte de l’avion en plein vol ce vendredi ; l’avion a fait demi-tour

L’actuel locataire de la Maison Blanche « n’a évidemment pas le courage de répondre de son bilan aux électeurs en même temps que » Joe Biden, a réagi Andrew Bates, un porte-parole du candidat démocrate. « Il est honteux que Donald Trump ait esquivé le seul débat lors duquel les Américains pouvaient poser des questions, mais ce n’est pas une surprise », a-t-il ensuite ajouté auprès de l’Agence France-Presse (AFP).

Après avoir annoncé que le débat se tiendrait sous une forme virtuelle, ses organisateurs s’étaient vus accuser par l’équipe de Donald Trump de vouloir éviter à Joe Biden une confrontation directe avec le candidat républicain. Le clan du président en exercice a ainsi réclamé que la confrontation du 15 octobre soit repoussée lors d’une ultime rencontre le 29 octobre, soit à cinq jours seulement du scrutin – ce que l’équipe de Joe Biden a refusé.

Les deux hommes se sont déjà affrontés pendant près d’une heure et demie le 29 septembre à Cleveland (Ohio), à l’occasion d’un premier débat chaotique au cours duquel ils n’avaient cessé de se couper la parole.

Lire aussi:   La Maison Blanche appelle la Russie à « respecter » la souveraineté du Bélarus

Un meeting lundi en Floride

Donald Trump a fait savoir plus tôt dans la journée qu’il s’exprimerait samedi devant des partisans réunis à la résidence présidentielle : sa première apparition publique depuis la fin de son hospitalisation à cause du Covid-19. Puis, l’équipe de campagne du président candidat a fait savoir que son premier meeting depuis l’annonce de son diagnostic aurait lieu lundi à Sanford, en Floride, Etat-clé pour décrocher la victoire le 3 novembre.

« Bonne chance », a ironisé son rival démocrate, Joe Biden, qui le devance dans les sondages. « Si c’était moi, je n’irais pas, à moins d’avoir un masque et de respecter les distances » de précaution contre le virus, a poursuivi le candidat âgé de 77 ans, qui respecte strictement les gestes barrières (ce qui lui a valu, par le passé, les moqueries du républicain).

Une question cruciale entoure ces annonces : Donald Trump, qui « pense » ne plus être contagieux, a-t-il été testé négatif ?

Le médecin de la Maison Blanche, Sean Conley, dont la communication élusive est sous le feu des critiques, a seulement dit, jeudi, s’attendre « à ce que le président puisse reprendre ses activités publiques » samedi « sans risque ». En attendant, M. Trump, encore confiné, a affiché son endurance avec un marathon radiophonique de deux heures sous forme d’échange téléphonique avec Rush Limbaugh, figure de la sphère conservatrice qui n’a cessé de louer son bilan.

Lire aussi:   Commerce international : l'Amérique de Donald Trump a échoué

Sa voix était plus claire que jeudi soir, lorsque le candidat, enroué, avait été interrompu à plusieurs reprises par la toux lors d’une autre communication téléphonique sur Fox News. Vendredi soir, il a enchaîné avec un premier entretien filmé depuis l’annonce de son test positif, et diffusé sur cette même chaîne conservatrice. « Je ne prends plus de médicaments depuis environ huit heures », s’est-il félicité, lors d’une mise en scène avec un docteur chroniqueur.

A droite, certains ténors s’alarment désormais ouvertement du tour que prend la campagne. « Si, le jour de l’élection, les gens sont en colère, (…) nous pourrions perdre la Maison Blanche, ainsi que les deux chambres du Congrès. (…) Cela pourrait être un bain de sang à l’échelle de celui du Watergate », a prévenu le sénateur républicain Ted Cruz.