Home International Près de Paris: un enseignant ayant montré les caricatures de Mahomet décapité

Près de Paris: un enseignant ayant montré les caricatures de Mahomet décapité

Près de Paris: un enseignant ayant montré les caricatures de Mahomet décapité
Près de Paris: un enseignant ayant montré les caricatures de Mahomet décapité

Un enseignant français qui avait récemment montré des caricatures de Mahomet à ses élèves a été décapité vendredi près de Paris, et son assaillant a été tué par la police, trois semaines après une attaque au hachoir perpétrée par un jeune Pakistanais près des anciens locaux du journal satirique Charlie Hebdo, rapporte l’Agence France-Presse.

Selon une source policière, l’enseignant, un professeur d’histoire, a été tué sur la voie publique non loin de son collège du Bois d’Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine, en région parisienne.

Le parquet national antiterroriste a annoncé s’être immédiatement saisi de l’enquête, ouverte pour «assassinat en relation avec une entreprise terroriste» et «association de malfaiteurs terroriste criminelle».

Le président Emmanuel Macron s’est rendu à la cellule de crise instituée au ministère de l’Intérieur et était attendu en soirée sur les lieux de l’attaque. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a immédiatement interrompu un voyage officiel au Maroc pour revenir à Paris.

À l’Assemblée nationale, les députés se sont levés pour «saluer la mémoire» de l’enseignant et dénoncer un «abominable attentat».

Lire aussi:   Amadou Gon COULIBALY et sa délégation bien arrivés à Paris 

Les faits se sont déroulés vers 17 h (heure de Paris), selon une source policière.

Les policiers de la brigade anticriminalité de Conflans Saint-Honorine, à environ 50 km au nord-ouest de Paris, ont été appelés pour un individu suspect, rôdant autour d’un établissement scolaire, selon la police.

Sur place, les policiers ont découvert la victime, et à 200 mètres de là, sur la commune d’Eragny, ils ont tenté d’interpeller un homme qui les menaçait avec une arme blanche et ont fait feu sur lui, le blessant grièvement. L’assaillant présumé a ensuite succombé à ses blessures.

Un périmètre de sécurité a été installé et le service de déminage appelé, en raison d’une suspicion de gilet explosif.

Cette attaque est survenue trois semaines jour pour jour après l’attentat au hachoir perpétré par un jeune Pakistanais de 25 ans devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, qui a fait deux blessés graves.

Lire aussi:   Visite de travail à Paris : Macky Sall, hôte de Macron pour un déjeuner officiel à l’Élysée

L’auteur de cet attentat islamiste a déclaré aux enquêteurs avoir agi en réaction à la republication par Charlie Hebdo début septembre des caricatures de Mahomet, qui avaient fait de l’hebdomadaire satirique une cible des djihadistes. Charlie Hebdo a de nouveau publié ces caricatures le 1er septembre à l’ouverture du procès des attentats de Paris en janvier 2015, qui se tient jusqu’au 10 novembre. Au total 12 personnes dont des journalistes et caricaturistes de l’hebdomadaire avaient été tués le 7 janvier 2015 dans l’attaque du journal.

En réaction à la republication de ces dessins, des milliers de manifestants avaient aussi protesté dans plusieurs villes du Pakistan contre Charlie Hebdo et la France. Al Qaïda avait également menacé d’attaquer de nouveau la rédaction de l’hebdomadaire satirique.

L’ensemble de la classe politique française a dénoncé cet attentat et rendu hommage à l’enseignant.  

Le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand a souligné que la «barbarie islamiste s’en est pris à un des symboles de notre République: l’école». «Qu’ils sachent que nous ne plierons pas: ils ne nous interdiront jamais de lire, écrire, dessiner, penser, enseigner», a-t-il ajouté.

Lire aussi:   Contre le 3e mandat: grande marche de la Diaspora ce samedi 15 août à Paris

Depuis la vague d’attentats djihadistes sans précédent amorcée en 2015 en France et qui a fait 258 morts, plusieurs ont été perpétrés à l’arme blanche, notamment à la préfecture de police de Paris en octobre 2019 ou à Romans-sur-Isère en avril.

«Sentiment d’horreur et de révolte» chez Charlie Hebdo

Le journa satirique Charlie Hebdo a pour sa part exprimé part vendredi soir de son  sentiment d’horreur et de révolte » après l’assassinat d’un professeur de collège décapité à Conflans-Sainte-Honorine, en région parisienne, après avoir montré des caricatures publiées par le journal.

Le procès des attentats de janvier 2015, qui avaient fait 17 morts dont 12 dans la rédaction de Charlie Hebdo, se tient à la cour d’assises spéciale de Paris depuis début septembre, avec 14 accusés dans le box.

*Avec AFP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here