Home International Pourquoi la France veut-elle subitement se séparer du Franc CFA ?

Pourquoi la France veut-elle subitement se séparer du Franc CFA ?

Pourquoi la France veut-elle subitement se séparer du Franc CFA ?
Pourquoi la France veut-elle subitement se séparer du Franc CFA ?

Le Franc CFA devient l’Eco. Mais pourquoi la France veut-elle subitement se séparer du Franc CFA ? L’écrivain Jean-Paul Pougala nous éclaire.

Durant les Formations des industriels africains, Rinvindaf, je n’ai cessé depuis 4 ans de vous rappeler qu’aujourd’hui, à travers le Franc CFA, nous avons une disponibilité sans limite sur la devise Euros et que nous devons en profiter au maximum et au plus vite pour nous équiper en machines de transformation et de production industrielle avant que les Européens ne changent d’idée.

Lorsqu’en Chine nous nous arrêtons devant les stands de producteurs chinois de ces machines, à chaque fois qu’ils nous annoncent les prix, nous nous regardons entre nous, parce qu’ils sont tellement bas que chacun de nous se demande où nous étions durant les 20 dernières années pour ne pas en profiter et très vite.

Oui, un tracteur à 1000$ ?

Ce prix ne nous semble comme un cadeau que parce que nous avons une disponibilité sans limite de la devise de l’euro.

Nous aurions dû en profiter depuis 50 ans. A la place, nous avons préféré utiliser l’aubaine pour du pur Passif, pour acheter les Suv, les 4×4 des fonctionnaires, qui selon moi, auraient dû presque tous aller en bicyclettes, vu notre degré nul en production de richesse.

Lire aussi:   Le séjour médical en France du PM Amadou Gon Coulibaly se prolonge

La France ne nous a pas rendu un bon service en faisant croire à nos politiciens qu’on pouvait dépenser sans compter.

J’ai l’habitude d’observer les réunions ministérielles au Cameroun et en Chine. Ce qui m’a toujours frappé est la discrétion qu’affichent les dirigeants chinois dans l’utilisation de l’argent public pour leur confort personnel que ce soit au Bureau que dans la voiture,
au même moment où au Cameroun, c’est l’embouteillage des voitures de luxe flambant toutes neuves et avec chauffeurs. Et tout cela pour 25 millions de personnes qui ne produisent presque rien, c’est-à-dire la même population que la seule ville chinoise de Guangzhou.

Les pays membres de l’Euro à qui on a demandé de serrer la ceinture ne comprennent pas pourquoi les pays africains qui puisent dans les largesses de l’Euro ne sont pas soumis à la même diète.

Plusieurs réunions se sont tenues ces derniers mois sur le sujet et il est probable que la bonne nouvelle tant attendue par les naïfs pourfendeurs du Franc CFA puisse tomber prochainement.

Lire aussi:   Togo : les rideaux tombent sur l’édition 2019 de la semaine africaine des sciences

Comme dans le cas des pseudo esclaves africains en Libye, utilisé par le gouvernement Renzi en Italie pour freiner les migrants clandestins africains, les Européens ont appris à jouer sur nos émotions pour anticiper les solutions faciles aux problèmes difficiles qui les lient à nous.

Si vous appartenez au collectif des Industriels Africains Rinvindaf, ne perdez plus de temps pour vous équiper. Les choix que l’Europe s’apprête à prendre pour nous, pour remplacer le Franc CFA ou la proposer sous une nouvelle forme, risquent de ne pas aller dans le sens de nos intérêts. Car ce ne sera qu’une décision pour nous priver de puiser dans la dévise facile (pour nous) de l’Euro.

Il reste toujours l’option que les pays de l’Eurozone peuvent nous proposer, celle de la dévaluation de notre pseudo monnaie (Franc CFA). Mais là non plus, on n’en sortira pas plus forts, si on ne s’est pas équipé avant, en puisant dans leurs devises.

Un plan C existe : traiter avec les chinois directement en Yuan Remimbi.

Mais cela suppose que nous achetions la devise chinoise à utiliser pour aller acheter nos machines. Oui mais on achète ces Yuans avec quoi ? Puisque nous ne vendons presque rien aux chinois.
Quand les chinois ont proposé au Cameroun de nous aider à produire le riz pour lui vendre, c’est la France qui est montée au crénaux pour manipuler les naïfs camerounais qui crient sur tous les toits que Paul Biya a vendu le Cameroun au chinois, oubliant de fait que la premier propriétaire foncier au Cameroun est la France, suivi par un autre pays européen, le Vatican, à travers les Missions Catholiques.

Lire aussi:   France : Mort tragique d’un étudiant togolais à Strasbourg

Aujourd’hui, les chinois acceptent nos Euros parcequ’ils les utilisent ensuite pour acheter des avions Airbus et nous n’avons pas des avions à leur vendre.

Il nous reste le seul plan D que je connais : aller à la plantation pour créer les richesses qui nous manquent.

Est ce que c’est moi qui suis trop frileux sur cette question monétaire ? Seul l’avenir nous le dira. D’ici là, la Banque Centrale Européenne demande des comptes à la France. La chancellière allemande Angela Markel s’impatiente. Que lui répondra t-elle ?

Jean-Paul Pougala

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here