HomeInternationalOn a voté au Ghana dans la tranquillité. L’exception démocratique ghanéenne est...

On a voté au Ghana dans la tranquillité. L’exception démocratique ghanéenne est là. Quelle leçon ?

On a voté au Ghana dans la tranquillité. L'exception démocratique ghanéenne est là. Quelle leçon ?
On a voté au Ghana dans la tranquillité. L'exception démocratique ghanéenne est là. Quelle leçon ?

Les élections au Ghana nous donnent deux enseignements. Le premier c’est la culture et la maturité démocratique de la classe politique ghanéenne. La démocratie Ghanéenne n’est plus en structuration. Elle est bien en place.

La seconde, c’est la discipline et la formation à la culture politique de la population et des militants des partis politiques au Ghana. Dire que ça se passe tout juste à deux pas de chez nous, tout juste après avoir franchi le portail de notre frontière est. Je suis vraiment admiratif de ce qui se passe au Ghana. Pourquoi donc nous refusons de copier trait pour trait ce qui se passe sous nos yeux?

Lire aussi:   Ces jeunes filles enceintes, abandonnées par les soldats dans le nord-est du Nigeria

Le Ghana est un pays qu’il faut respecter du point de vue démocratique. Hommage à ces dirigeants qui ont éduqué leur population à la culture politique. Personne ne viendra casser une urne établie au coin de la rue, ni tabasser un membre de bureau de vote à la demande de son parti politique. Non. Même à un carrefour au Ghana ça vote. On n’a pas besoin de s’enfermer dans une salle de classe pour exprimer son droit de vote. Le général Robert Guei aurait pu nous mettre sur cette voie. Mais hélas on ne refera pas l’histoire. Les ghanéens le rendront bien à Jerry Rawlings éternellement. Le Ghana s’est 17 millions d’électeurs avec une population quasiment identique à la notre là où nous n’avons que 06 millions d’électeurs à peine. Le Ghana l’exemple démocratique dans la sous région ouest africaine. Ah oui il faut le dire tout haut.  Ce qui a une incidence direct sur la solidité de ses institutions politiques et sur la lutte contre la corruption. 

Lire aussi:   Violences policières au Nigeria : Nana Akufo-Ado, président en exercice de la Cédéao, appelle au calme et assure avoir parlé avec le président Buhari

 En Côte d’Ivoire la classe politique ivoirienne est tellement médiocre qu’elle n’a rien laissé en héritage aux ivoiriens si ce n’est que la violence et ce depuis la mort de Félix Houphouët Boigny. On a comme l’impression que l’histoire se répète dans notre pays. Et que regarder dans le rétroviseur est un exercice trop compliqué pour les ivoiriens et sa classe politique. Quand on va à une élection on y va pour gagner ou pour perdre. Il faudra s’y faire. Nous devrons aussi éduquer les masses et les militants politiques mais pour y arriver il faut que nos hommes politiques soient bien éduqués à la culture démocratique. A chaque élection présidentielle cruciale en Côte d’Ivoire les populations courent se terrer au village où quittent le pays. C’est ça aussi l’exception ivoirienne. Dommage.

Lire aussi:   Selon André S. Konan, voici ce à quoi Soro s'expose s'il ne va pas aux législatives