HomeInternationalMali: «Nous n’avons pas d’autre choix», Assimi Goita alerte la classe politique

Mali: «Nous n’avons pas d’autre choix», Assimi Goita alerte la classe politique

Mali: «Nous n’avons pas d’autre choix», Assimi Goita alerte la classe politique
Mali: «Nous n’avons pas d’autre choix», Assimi Goita alerte la classe politique

Le colonel Assimi Goita, a appelé, ce vendredi, la classe politique à le soutenir pour sauver le Mali, estimant que la seule issue pour sortir gagnant de la crise actuelle est l’union et « le travail d’ensemble ».

Après avoir démis de leurs fonctions, le président Bah N’Daw et le Premier ministre Moctar Ouane, le colonel Assimi Goita a confié, ce vendredi, au palais Koulouba, la Primature au Mouvement du 5 juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP).

Lire aussi:   RDC : dix membres d’une milice tués en Ituri (armée)

« Nous demandons votre soutien pour que le poste de Premier ministre revienne au M5RFP. Incha Allah, dans les jours à venir, le PM qui sera nommé aura pour mission de mener une large consultation entre les différents groupements, tous les Maliens seront concernés, en vue de mettre en place un gouvernement de consensus et d’inclusivité. », a déclaré Colonel Goita Assimi lors de la rencontre avec la classe politique à Koulouba, cet après-midi.

Lire aussi:   Ibrahima Keita met en garde : « les partis politiques qui iront à ces élections nous trouveront sur leur chemin »

Sans évoquer le poste du président de la transition, l’homme fort du Mali a appelé la classe politique à se joindre à lui pour sauver le Mali. « Nous n’avons pas d’autre choix », a-t-il déclaré, ajoutant que « soit nous acceptons de travailler ensemble… nous acceptons de se donner la main pour sauver notre pays. Ou on se fait des guerres clandestines et nous allons tous échouer. ».

« Ce n’est pas une question d’individus, du vice-président de la transition, de partis politiques ou de la société civile. Aujourd’hui, nous avons besoin de cette coalition. Soit on se réunit ensemble, en oubliant ce qui s’est passé. », a-t-il insisté.

Lire aussi:   Procès en destitution de Donald Trump : L'ex-président refuse de témoigner de son plein gré