Home International Lettre ouverte à Condé, Faure et Ouattara : « En Afrique de...

Lettre ouverte à Condé, Faure et Ouattara : « En Afrique de l’Ouest, vous n’êtes que trois à recourir à des artifices pour vous maintenir au pouvoir »

Lettre ouverte à Condé, Faure et Ouattara : « En Afrique de l’Ouest, vous n’êtes que trois à recourir à des artifices pour vous maintenir au pouvoir »
Lettre ouverte à Condé, Faure et Ouattara : « En Afrique de l’Ouest, vous n’êtes que trois à recourir à des artifices pour vous maintenir au pouvoir »

Mathias Hounpké s’est prononcé sur la déclaration d’Alassane Ouattara de se présenter pour un troisième mandat. Selon le politologue plutôt que de suivre les exemples de pays comme la Sierra Léone et le Libéria, dont les anciens présidents, Mme Johnson Sirleaf et M. Ernest Koroma, ont quitté le pouvoir après deux mandats, Alassane Ouattara semble pour le moment, préférer suivre l’exemple du Président Faure Eyadema, du Togo.

M. le Président, j’ai écouté puis lu votre discours du 6 août 2020 et je dois vous avouer que revenir sur votre parole parce que vous seriez le seul aujourd’hui à même de maintenir « la paix, la sécurité nationale …, juguler la crise sanitaire (et de prévenir) le risque que … les acquis … soient compromis » en Côte d’ivoire ne me convainc pas. Nous ne sommes que des êtres finis, et l’histoire des sociétés d’ici, y compris en Côte d’Ivoire, et d’ailleurs nous enseigne que les pays continuent leur marche, avec des hauts et des bas, en l’absence d’hommes qui pourtant pensaient qu’ils étaient indispensables.

Lire aussi:   DE LA LIBYE À LA CÔTE D’IVOIRE: SARKOZY EN DIFFICULTÉS, OUATTARA ESSEULÉ!

J’ai pensé, M. le Président, que vous et M. Alpha Condé, votre homologue de la Guinée (dont il n’y a pas de doute sur la candidature), suivriez les exemples de pays comme la Sierra Léone et le Libéria, dont les anciens présidents, Mme Johnson Sirleaf et M. Ernest Koroma, ont quitté le pouvoir après deux mandats en dépit des guerres et des traumatismes vécus par leurs pays et, surtout, des fragilités qui continuent de les caractériser.

Mathias Hounpké se prononce sur la déclaration d’Alassane Ouattara de se présenter pour un troisième mandat

Malheureusement, vous semblez, du moins pour le moment, préférer suivre l’exemple du Président Faure Eyadema, du Togo. Tous ceux qui, comme moi, pensaient naïvement que vous deux, étant donné votre âge, vos parcours politiques et professionnels et les luttes que vous avez menées, n’étiez pas dans la même catégorie, en avons pris pour notre grade. Et c’est bien fait pour nous !

Lire aussi:   La Togolaise Angela Aquereburu, une valeur sûre du cinéma africain

J’ai pensé, M. le Président, que vous et le Professeur Alpha Condé, alliez tenir compte de l’opportunité unique, du privilège que vous offre le destin de prendre une place spéciale dans l’histoire de vos pays. Comme vous le savez mieux que moi, aussi bien en Côte d’Ivoire qu’en Guinée, il n’y a pas d’ancien président élu qui, à la fin de sa charge, a passé, à l’issue d’élections pacifiques, la main à un nouveau président élu.

Vous devriez être les premiers dans vos deux pays, des précurseurs qui montrent également l’exemple à suivre. Mais une fois encore, j’en ai eu pour mon grade et c’est bien fait pour moi. Heureusement qu’en Afrique de l’Ouest, jusque-là, vous êtes très minoritaires, vous n’êtes que trois (03) à recourir à des artifices juridiques pour justifier le maintien au pouvoir à volonté dans nos démocraties qui ont pourtant besoin de modèles.

Lire aussi:   Un pro-Soro à propos de Ouattara : « l’homme apprécié de l’étranger est désormais vomi par l’étranger »

Vous devriez être les premiers dans vos deux pays, des précurseurs qui montrent également l’exemple à suivre

Heureusement, il y a dans notre sous-région, et dans plusieurs pays, des femmes et des hommes qui ont librement quitté le pouvoir après 2 mandats même si leurs pays font face à des défis, pour certains beaucoup plus critiques que la Côte d’Ivoire. Il s’agit, par exemple, de MM. Kérékou (paix à son âme) et Yayi au Benin, de M. Pires au Cap-Vert, de MM. Rawlings et Kufuor au Ghana, de Mme Sirleaf au Libéria, de M. Konaré au Mali, de M. Obasanjo au Nigéria, MM. Tejan Kabbah (paix à son âme) et Koroma en Sierra Léone, et, nous le croyons de M. Issouffou au Niger dans quelques mois. Nous sommes déçus, bien au-delà des mots, et c’est bien fait pour nous ! Déçus, certes ! Pour autant, nous n’avons pas de raison de désespérer !

Mathias Hounpké

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here