HomeInternationalLe gifleur de Macron à la barre: « Quand j’ai vu son regard...

Le gifleur de Macron à la barre: « Quand j’ai vu son regard amical et menteur, j’ai ressenti du dégoût »

Le gifleur de Macron à la barre:
Le gifleur de Macron à la barre: "Quand j'ai vu son regard amical et menteur, j'ai ressenti du dégoût"

Damien Tarel, 28 ans, le gifleur du Président français Emmanuel Macron, a été présenté ce jeudi 10 juin 2021, devant le procureur de la République, en vue de sa comparution immédiate qui a eu lieu aussitôt, dans l’après-midi. Il a été condamné à 18 mois de prison, dont 4 fermes. Emmanuel Macron n’a pas voulu porter plainte.

Damien Tarel présenté comme un homme proche de l’extrême droite ou de la droite, a été jugé pour «violences sans incapacité sur personne dépositaire de l’autorité publique», a indiqué dans un communiqué le procureur de la République Alex Perrin.

Lire aussi:   Emmanuel Macron : Une de ses ministres s’en prend à lui

Il a reconnu les faits, alors qu’Emmanuel Macron raillé sur les réseaux sociaux, à travers le monde, a semblé ne pas vouloir prendre au sérieux l’affaire. «Ne faisons pas dire à cet acte imbécile et violent plus qu’il ne faut lui en faire dire», a-t-il déclaré.

Il n’empêche, s’il n’a pas porté plainte, le procureur s’est auto-saisi, comme il en a le droit et Damien Tarel a été jugé et condamné, lors du procès d’urgence spécial de la ville de Valence, dans le sud-est de la France. Il s’en est plutôt bien sorti, avec les 4 mois de prison ferme et 14 mois avec sursis, sans payement d’amende.

Lire aussi:   Australie : un jeune footballeur retrouvé mort dévoré par des requins

A la barre, il a expliqué ses motivations. Déclarant que son attaque était « quelque peu » impulsive et imprévue, mais motivée par la colère face au « déclin » de la France. « Quand j’ai vu son regard amical et menteur, j’ai ressenti du dégoût et j’ai eu une réaction violente », a déclaré au tribunal Damien Tarel. Son compagnon qui a filmé la scène, lui, n’a pas été poursuivi dans le cadre de cette affaire. Il sera, par contre, poursuivi pour détention illégale d’arme à feu, découverte à son domicile, après la fouille, suite à l’incident.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire : révision consitutionnelle le 17 mars