Home International Irak : des élections législatives en Irak sous haute surveillance policière

Irak : des élections législatives en Irak sous haute surveillance policière

Irak : des élections législatives en Irak sous haute surveillance policière
Irak : des élections législatives en Irak sous haute surveillance policière

Les élections législatives anticipées ont lieu ce dimanche en Irak, deux ans après les protestations massives de jeunes dans les rues qui réclamaient du changement, la fin de la corruption, des emplois, des services publics décents. Mouvement largement réprimé. Ce 10 octobre, 25 millions d’Irakiens sont appelés aux urnes pour renouveler leurs 329 députés. Un scrutin qui se déroule sous haute sécurité.

Nous nous trouvons dans une école qui accueille plusieurs bureaux de vote, dans le quartier d’Al Sadoun, au centre de Bagdad. Et pour accéder à cette école, il a fallu passer des cordons de sécurité, être fouillés. Des dizaines de policiers fédéraux lourdement armés gardent les entrées des bureaux, il y a même des hommes en arme sur les toits. La sécurité est maximale car on craint des attentats dans ce pays très instable, en proie aux attaques de l’organisation État islamique et aux violences des milices armées.

Lire aussi:   France : Mort tragique d’un étudiant togolais à Strasbourg
L’enjeu de la participation

Pour l’instant, nous n’avons vu que très peu de personnes voter ici en tous cas, depuis l’ouverture du scrutin à 7h (6h TU). Alors, il est encore un peu tôt mais il faut dire que de nombreux jeunes qui avaient participé aux mouvements de contestation, il y a deux ans, ont dit clairement qu’ils boycotteraient le scrutin car ils n’attendent aucun changement. Et les jeunes constituent 60% de la population en Irak. Nous avons tout de même rencontré ces derniers jours dans les rues de Bagdad des Irakiens qui souhaitaient voter, mais pour des candidats indépendants, la nouvelle loi électorale le permet théoriquement.

Lire aussi:   Assassinat du chef d’Etat-major du SSNMC/A au Soudan du Sud

Concrètement dans le bureau de vote, vous tamponnez le nom d’un candidat, au lieu de choisir une liste affiliée à un parti. Ensuite vous glissez votre bulletin dans une urne électronique, censée être bien scellée. Beaucoup craignent des fraudes comme ça a été le cas par le passé.

Les Irakiens, excédés par les problèmes de sécurité, les problèmes économiques, l’absence de services publics, iront-ils voter en espérant un changement ? On devrait avoir des premières estimations ce dimanche soir ou demain.

Lire aussi:   Un accord entre l’Iran et Poutine pour destituer Bachar el-Assad ?

Source: RFI

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here