HomeInternationalInsurrection à Washington: déguisé en Indien, ce manifestant pro-Trump a beaucoup amusé...

Insurrection à Washington: déguisé en Indien, ce manifestant pro-Trump a beaucoup amusé la toile, mais ce n’est pas n’importe qui… (photos)

Insurrection à Washington: déguisé en Indien, ce manifestant pro-Trump a beaucoup amusé la toile, mais ce n’est pas n’importe qui… (photos)
Insurrection à Washington: déguisé en Indien, ce manifestant pro-Trump a beaucoup amusé la toile, mais ce n’est pas n’importe qui… (photos)

« L’Indien » ou encore « Le Viking ». L’un des hommes ayant fait irruption dans le Capitole ce mercredi à Washington fait le buzz sur les réseaux sociaux. Il s’agit de Jake Angeli, figure du mouvement conspirationniste d’extrême droite QAnon.

Insurrection à Washington: déguisé en Indien, ce manifestant pro-Trump a beaucoup amusé la toile, mais ce n’est pas n’importe qui… (photos)

Scènes inimaginables à Washington : des partisans de Donald Trump ont envahi mercredi le Capitole, temple de la démocratie américaine, interrompant la session qui devait confirmer la victoire de Joe Biden.

Après une coupure de plusieurs heures, le Congrès a repris en soirée le processus de certification de la victoire du démocrate, en rejetant, au Sénat puis à la Chambre des représentants, les objections d’élus républicains visant les résultats de la présidentielle dans l’Etat de l’Arizona.

Mais les débats prenaient de nouveau du retard, des élus républicains exigeant d’examiner la régularité de l’élection en Pennsylvanie.Chaos à Washington : retour sur une folle journée

Lire aussi:   Steve Bannon prédit une “victoire historique” pour Trump

M. Biden avait dénoncé, un peu plus tôt depuis le Delaware, un climat d’« insurrection ».

Les images prises de l’intérieur du majestueux bâtiment situé au cœur de la capitale fédérale américaine marqueront l’Histoire : élus portant des masques à gaz, agents de la police en civil arme au poing.

Elles resteront à jamais associées à la fin de mandat tumultueux de Donald Trump, qui apparaît désormais extrêmement isolé dans son propre camp.

Depuis des mois, il refuse d’accepter sa défaite et souffle sur les braises de la division en brandissant des théories du complot.

« Indien » et théories du complot

L’une des images de cette soirée historique restera celle d’un homme déguisé en « Indien » pour certains, en « Viking » pour d’autres. Si le cliché a amusé la toile, la personne photographiée est loin d’être un inconnu aux Etats-Unis. Il s’agit en réalité de Jake Angeli, figure du mouvement d’extrême droite QAnon.

Ce complotiste, comme des milliers d’autres personnes, est persuadé que l’Amérique est dirigée par le « deep state » – comprenez « Etat profond » – soit des personnalités influentes impliquées dans des crimes pédophiles et proches de Satan.

Lire aussi:   Joe Biden veut reprendre à son compte le «buy american» défendu par Donald Trump

Pour les fanatiques de cette mouvance, seul Donald Trump pourrait lutter contre cette élite. QAnon milite ainsi pour la réélection du 45e président des Etats-Unis.

Tatouages nazi et communiste ?

Jake Angeli, 32 ans, suscite l’interrogation de nombreux internautes, au lendemain de « l’assaut » du Capitole. Certains de ses tatouages posent en effet question.

Tout d’abord, un tatouage représentant le logo du wotanisme interpelle les internautes. A savoir que le wotanisme est une idéologie politique raciste se rapprochant du nazisme. Pourtant, d’autres intéressés par le sujet contredisent cette théorie. Selon eux, il s’agit du « valknut », un symbole utilisé dans la mythologie nordique représentant la mort d’un guerrier.

Lire aussi:   Investiture d’Alpha Condé: l’ANAD et l’UFDG appellent à manifester les 14 et 15 décembre

Il en est de même pour le tatouage sur la main gauche de celui que l’on nomme « le chaman de QAnon ». Dans un premier temps, certains voyaient la faucille et le marteau caractérisant le communiste. D’autres répondent qu’il s’agit ni plus ni moins d’un logo provenant d’un jeu vidéo.

Quoi qu’il en soit, Jake Angeli fait couler beaucoup d’encre ce jeudi 7 janvier. Un constat est clair : « L’Indien » du Capitole n’est pas n’importe qui.