HomeInternationalÉtats-Unis : Mike Pence et Donald Trump unis face aux démocrates

États-Unis : Mike Pence et Donald Trump unis face aux démocrates

États-Unis : Mike Pence et Donald Trump unis face aux démocrates
États-Unis : Mike Pence et Donald Trump unis face aux démocrates US President Donald J. Trump (R), with First Lady Melania Trump (2-R) and Second Lady Karen Pence (L) touches Vice President Mike Pence (2-L) during a ceremony honoring American evangelist Billy Graham as he lies in honor in the Rotunda of the US Capitol. Graham was the nations best know Christian evangelist, preaching to millions world wide, as well as being an advisor to US presidents over his 6 decade career. Billy Graham 'Lying in Honor' ceremony, Washington DC, USA - 28 Feb 2018/Rex_Billy_Graham_Lying_in_Honor_ceremony_Wa_9445141AE/1802282132

Selon un responsable américain, le président n’a pas l’intention de démissionner et son vice-président ne compte pas invoquer le 25e amendement.

es démocrates ont avancé lundi résolument vers l’ouverture d’une seconde procédure de destitution contre Donald Trump, accusé d’avoir « incité à la violence » qui a frappé le Capitole, tout en appelant son vice-président Mike Pence à le démettre sans attendre de ses fonctions. Le milliardaire républicain est menacé, à 74 ans, d’une sanction qui resterait dans l’histoire des États-Unis et pourrait hypothéquer son avenir politique : devenir le premier président des États-Unis à être mis deux fois en accusation au Congrès (impeached) dans une procédure de destitution.

Un président « dérangé », une « menace imminente » contre la démocratie américaine : même si la fin de son mandat est toute proche, le 20 janvier, les démocrates sont décidés à précipiter sa sortie, après ces événements qui ont fait cinq morts et ébranlé le pays. Contrôlant la majorité à la Chambre basse, l’opposition a donc mené une double action lundi matin. Des parlementaires ont d’une part déposé un acte d’accusation contre Donald Trump, première étape vers l’ouverture formelle cette semaine d’une deuxième procédure de destitution contre le président américain. Un vote en séance plénière pour adopter cet acte d’accusation pourrait être organisé dès mercredi à la Chambre.

Lire aussi:   30.000 infections et 700 décès provoqués par les meetings de Trump

En parallèle, ils ont demandé l’adoption à l’unanimité d’une résolution appelant le vice-président Mike Pence à démettre le président de ses fonctions, en invoquant le 25e amendement de la Constitution américaine. Cela consisterait pour celui-ci et les principaux ministres à constater l’inaptitude du président à exercer sa fonction. Un républicain s’est opposé à l’adoption à l’unanimité de cette résolution. Un vote en séance plénière devrait avoir lieu dès mardi à la Chambre.

Lire aussi:   Guinée/Déclaration de l’UE : “on n’a pas besoin d’être expert pour s’en rendre compte” (Dr Faya)

Discussion entre Trump et Pence dans le Bureau ovale

Mais lundi soir, le président américain Donald Trump et son vice-président Mike Pence se sont entretenus dans le Bureau ovale, a indiqué un responsable américain. Les deux hommes, dont c’était la première rencontre depuis les violences de mercredi au Capitole, ont eu une « bonne conversation », selon la même source.

Selon ce responsable, Donald Trump n’a pas l’intention de démissionner avant la fin de son mandat, le 20 janvier. De son côté, le vice-président n’a pas l’intention de le démettre de ses fonctions en invoquant le 25e amendement de la Constitution américaine, en le déclarant, avec le soutien de ses principaux ministres, inapte à exercer sa fonction.

La « complicité » des républicains « met en danger l’Amérique »

La « complicité » des républicains « met en danger l’Amérique, sape notre démocratie et cela doit cesser », a tonné dans un communiqué la puissante présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, après cette objection. Elle a de nouveau accusé Donald Trump d’avoir « incité une insurrection meurtrière contre l’Amérique » lors des violences de mercredi dernier. Et a réitéré son ultimatum à Mike Pence de répondre « sous 24 heures » à l’injonction de la Chambre, une fois qu’elle aura adopté la résolution l’exhortant à activer le 25e amendement. « Notre prochaine étape consistera à avancer vers un vote dans l’hémicycle » sur l’acte d’accusation, a-t-elle poursuivi.

Lire aussi:   Trafic d’êtres humains à Kédougou: des prostituées vendues entre 1 et 2 millions

Soutenu par un grand nombre de démocrates à la Chambre, l’acte d’accusation devrait être facilement adopté. Mais le doute demeure sur le déroulement, et l’issue, du procès qui devra ensuite avoir lieu au Sénat, aujourd’hui à majorité républicaine. Les démocrates en prendront le contrôle le 20 janvier, mais auront besoin du ralliement de nombreux républicains pour atteindre la majorité des deux tiers nécessaire à sa condamnation.