HomeInternationalÉtats-Unis – «C’est un replay de 2016: Trump tient bon!»

États-Unis – «C’est un replay de 2016: Trump tient bon!»

États-Unis – «C’est un replay de 2016: Trump tient bon!»
États-Unis – «C’est un replay de 2016: Trump tient bon!»

Républicain de Genève, Edward Flaherty note que le président n’a pas perdu la Floride, État crucial, et qu’il est en bonne position ailleurs

«Pour l’instant, c’est un replay de 2016, quand Donald Trump l’a emporté sur Hillary Clinton!» lance Edward Flaherty, républicain de Genève, ce mercredi matin à 7h. «On voit que c’est très serré et que les sondages n’étaient pas fiables, comme la dernière fois. Joe Biden remportera sans doute le vote populaire au plan national, mais ce n’est pas cela qui compte pour être élu. Pour l’instant, au sein du Collège électoral, le démocrate n’a remporté aucun des États qui avaient voté Trump il y a quatre ans – à l’exception de l’Arizona.»

Lire aussi:   L’Afrique sur le pied de guerre pour faire face au nouveau coranavirus

L’avocat genevois est évidemment soulagé de voir que le président républicain a réussi à conserver la Floride, État crucial qui envoie 29 grands électeurs au Collège électoral. C’était indispensable pour remporter l’élection. Visiblement, les Cubains de l’exil font barrage contre une présidence démocrate qui risquerait de réchauffer les liens avec le régime castriste.

La seule surprise, à ses yeux, c’est l’Arizona. «Je sais qu’il y a de plus en plus d’électeurs hispaniques, mais ils ne sont pas tous démocrates, beaucoup d’entre eux votent républicain. On voit ça au Texas également, qui n’a pas viré démocrate malgré l’évolution démographique. Et puis Trump recueille aussi une partie du vote noir. On le voit bien au Michigan, qu’il est en passe de remporter!»

Lire aussi:   Un avion transportant la bannière « Pire Président » et « Perdant Pathétique » survole la maison de Donald Trump

«Si Trump emporte le Michigan, le Wisconsin, la Géorgie et la Caroline du Nord, il n’aura plus besoin d’une victoire en Pennsylvanie, où le vote est compliqué. Donc j’ai bon espoir, mais c’est serré. Très serré.»