HomeInternationalEmmanuel Macron veut « diaboliser » ses opposants pour capter l’électorat modéré

Emmanuel Macron veut « diaboliser » ses opposants pour capter l’électorat modéré

Emmanuel Macron veut « diaboliser » ses opposants pour capter l’électorat modéré
Emmanuel Macron veut « diaboliser » ses opposants pour capter l’électorat modéré

Gouvernement et majorité multiplient les attaques contre leurs opposants, notamment écologistes, jugés trop radicaux ou démagogues, afin que le chef de l’Etat apparaisse comme la seule offre possible contre l’extrême droite à la présidentielle de 2022.

Les uns dénoncent de l’« idéologie », les autres une « écologie de l’entre-soi »,« moraliste »,« élitiste », « qui fait peur »… En public ou en privé, sur les plateaux de télévision ou dans des discussions informelles, les membres du gouvernement n’ont eu de cesse pendant une semaine que d’attaquer la décision du maire écologiste de Lyon, Grégory Doucet, d’instaurer un menu sans viande dans les écoles de sa ville. Une charge qui témoigne de la volonté de l’exécutif d’acculer Europe Ecologie-Les Verts (EELV) dans une posture de radicalité. « Nous avons le sentiment que cette majorité fait feu de tout bois pour nous diaboliser », s’amuse Julien Bayou, secrétaire national d’EELV, qui y voit un signe de « fébrilité » à un peu plus d’un an de l’élection présidentielle de 2022.

Lire aussi:   Ouattara, plus rien ne saurait l’arrêter après sa rencontre avec Macron

Mais cette stratégie vaut pour la plupart des adversaires d’Emmanuel Macron, de droite comme de gauche. Elle se déploie dans le but à peine dissimulé de s’arroger le soutien de l’électorat modéré. « Il y a des gens déraisonnables en France, qui ont une multitude de choix afin de savoir pour quel dingue voter », sourit un proche du chef de l’Etat. Autant réduire au maximum l’offre qui se trouve de l’autre côté de la rue.

Lire aussi:   Tanzanie: Samia Hassan prête officiellement serment pour succéder à John Magufuli

Dans ce domaine, le locataire de l’Elysée réserve ses flèches les plus acérées aux écologistes, qui ont connu une percée aux élections européennes de 2019, puis aux municipales l’année suivante. Le 19 février, lors d’un échange avec des parlementaires de la majorité, M. Macron a comparé les Verts aux « tenants de la fermeture absolue » en matière sanitaire, qui se montreraient tous partisans, à leurs niveaux respectifs, d’un bien trop rigide principe de précaution. L’ancien ministre de l’économie, lui, se veut le héraut de l’optimisme et du progrès.

Lire aussi:   Sénégal/ Guillaume Soro à Macky Sall: « La Côte d’Ivoire est le pire modèle de dictature à ne pas imiter »

En septembre 2020, lors d’un discours devant des entrepreneurs de la « French tech », M. Macron avait assumé « le tournant de la 5G » pris par la France, « pays des Lumières et de l’innovation », malgré les craintes exprimées face à une technologie perçue comme potentiellement néfaste pour l’environnement et la santé. « J’entends beaucoup de voix qui s’élèvent pour nous expliquer qu’il faudrait relever la complexité des problèmes contemporains en revenant à la lampe à huile. Je ne crois pas au modèle amish », avait-il alors lancé.